Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le temps du recueillement mais aussi du débat" pour Stéphane Lajaumont, professeur à Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Ce mercredi est une journée nationale d'hommage à Samuel Paty, l'enseignant assassiné par un terroriste. Un recueillement nécessaire, selon Stéphane Lajaumont, professeur d'histoire-géo à Limoges et ex-élu Terre de Gauche, mais il souhaite aussi un débat de fond sur la question de la radicalisation.

Ce mercredi est une journée nationale d'hommage à Samuel Paty, "extrêmement importante" estime Stéphane Lajaumont, professeur d'histoire-géo à Limoges
Ce mercredi est une journée nationale d'hommage à Samuel Paty, "extrêmement importante" estime Stéphane Lajaumont, professeur d'histoire-géo à Limoges © Radio France - Noémie Guillotin

L'hommage national à Samuel Paty, l'enseignant assassiné par un terroriste vendredi à Conflans Sainte Honorine, se tient ce mercredi. Des rassemblements et des temps de recueillement sont organisés un peu partout en France, par exemple à Brive ce midi devant l'hôtel de ville et à Saint Junien à 18 heures. A Paris, la cérémonie d'hommage national sera présidée par Emmanuel Macron à partir de 19 heures à La Sorbonne.

"Ce temps de recueillement est extrêment important" estime Stéphane Lajaumont, professeur d'histoire-géographie au lycée Suzanne Valadon à Limoges et ex-élu du mouvement Limousin Terre de Gauche, invité de France Bleu Limousin ce mercredi matin à 8h15. "Ce qui vient de se dérouler est extrêmement choquant, qui touche au plus profond de soi, de son métier et de son enseignement" insiste-t-il. Mais pour lui, l'hommage national ne règle pas tout dans la question du terrorisme, de la radicalisation et de la défense de la liberté d'expression.

Il faut défendre la liberté d'expression contre tous les barbarismes et tous les terrorismes

"Il ne faut pas faire des amalgames rapides ni de la récupération politique" estime-t-il, "comme j'entends le ministre de l'intérieur dénoncer des responsables qui n'ont rien à voir avec l'affaire, au lieu de créer les conditions pour renforcer le vivre ensemble sans ériger des barrières ou stigmatiser une partie de la population. Moi ce qui m'ennuie c'est que je vois pointer la défense d'une citadelle assiégée en désignant un seul et unique ennemi. Au contraire, il faut défendre la liberté d'expression contre tous les barbarismes et tous les terrorismes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess