Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attaque au couteau à Romans-sur-Isère

"Le terroriste présumé ne sera jamais mon frère", le bâtonnier de la Drôme s'explique

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche
Valence, France

Le bâtonnier de la Drôme a publié un communiqué sur les raisons précises de sa démission. Après l’attaque au couteau à Romans-sur-Isère qui a fait deux morts et cinq blessés le 4 avril, il avait tenu des propos jugés indignes par des confrères. La polémique qui a suivi l'a conduit à démissionner.

Avocat. Image d'illustration
Avocat. Image d'illustration © Radio France - Matthieu Mondoloni

En début de semaine, pour la première fois dans l’histoire du barreau de Valence, le Bâtonnier a démissionné. Maître Thierry Chauvin ne souhaitait faire aucun commentaire, au-delà du courrier adressé à ses confrères. Mais, ce vendredi, il a rendu public un communiqué dans lequel il motive les raisons de sa démission. 

Remonter aux débuts de l’affaire pour comprendre

Celui qui dirige et représente l’ordre des avocats était dans la tourmente depuis le 4 avril dernier. Depuis qu’il a tenu sur Facebook, dans le groupe privé des avocats de la drome, des propos jugés indignes par ses confères. Il s’en prenait à l’auteur de l’attaque au couteau de Romans-sur-Isère, dans la Drôme, en in diquant qu’il ne désignerait aucun avocat d’office pour le défendre et même que cet homme pouvait "crever n’importe où".

S’en est suivi une vive polémique où de très nombreux avocats drômois et même français se sont insurgés. Notamment dans une tribune écrite par neuf avocats et parue dans une revue juridique le 13 avril. Une tribune qui, selon Maître Thierry Chauvin, l’a définitivement convaincu qu’il ne pouvait plus poursuivre sa mission car cette tribune se conclut de la façon suivante : "Cet homme-là, Abdallah A-O (l'auteur de l'attaque, ndlr), est l’un des nôtres. Il nous ressemble. Nous sommes faits de la même chair, des mêmes os et le même sang que le vôtre coule dans ses veines. C’est notre frère".

Réponse du bâtonnier démissionnaire

"J’ai certainement employé des mots durs à son égard, mais le terroriste présumé ne sera jamais mon frère, jamais !" - Thierry Chauvin

Maître Chauvin tire donc les conséquences de ce désaccord profond et n’estime plus possible de continuer à exercer sa fonction de Bâtonnier auprès de ses confrères. Des confrères dit-il qui "d’un côté, s’érigent en grands moralisateurs et, de l’autre, insultent la mémoire des victimes et de leur famille". 

Et il termine : "Tout cela n’avait plus aucun sens. En écrivant de tels propos ou en les approuvant, notre profession se discrédite. Je ne pouvais plus en être l’un de ses représentants". Le bâtonnier a fait savoir à ses confrères que sa démission prendrait effet au 31 mai, une fois le déconfinement passé et pour laisser le temps d’organiser de nouvelles élections à l’ordre des avocats drômois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu