Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le "tireur de Libération" de nouveau condamné à 25 ans de prison en appel

jeudi 13 septembre 2018 à 17:53 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Abdelhakim Dekhar, auteur d'attaques au fusil à pompe contre BFMTV, Libération et la Société générale en novembre 2013, a été condamné ce jeudi à 25 ans de réclusion criminelle en appel par la cour d'assises de l'Essonne.

L'homme avait notamment menacé des journalistes dans le hall d'entrée de l'immeuble de BFM TV.
L'homme avait notamment menacé des journalistes dans le hall d'entrée de l'immeuble de BFM TV. - AFP PHOTO / BFM TV

Abdelhakim Dekhar, "le tireur de Libé" jugé pour tentatives d'assassinat et séquestration en 2013, a été condamné jeudi à 25 ans de réclusion criminelle en appel. Une peine assortie d'une période de sûreté des deux-tiers, selon le verdict livré par la cour d'assises de l'Essonne. C'est exactement la même peine que celle prononcée par la cour d'assises de Paris, en novembre dernier

Mais les jurés sont allés plus loin en élargissant la culpabilité du "tireur de Libé", également reconnu coupable de tentatives d'assassinats sur un journaliste de  BFMTV et sur deux employées de la Société Générale.

Un photographe grièvement blessé

L'homme était jugé pour tentatives d'assassinat. En novembre 2013, il avait grièvement blessé un photographe au siège du quotidien Libération à Paris. Il lui est également reproché d'avoir menacé des journalistes et un agent de sécurité de BFM TV avec un fusil à pompe et tiré sur les locaux de la Société générale à la Défense, près de Paris. Il avait ensuite contraint sous la menace un automobiliste à le conduire sur les Champs-Elysées.

Pendant cinq jours, la police avait traqué cet homme, qualifié alors "d'ennemi public numéro 1". Il n'avait été arrêté que le 20 novembre, sur dénonciation d'un ami.

Lié aux milieux de l'ultragauche

Décrit par des enquêteurs comme un "affabulateur" et un "menteur pathologique" capable de violences, Abdelhakim Dekhar se présente pour sa part comme un militant politique. Il a déjà été condamné aux assises, en 1998, dans un dossier criminel majeur lié aux milieux de l'ultragauche. Il était soupçonné d'être "le troisième homme" de l'équipée de deux membres de cette mouvance, Florence Rey et Audry Maupin, qui s'était achevée par une fusillade au cours de laquelle trois policiers, un chauffeur de taxi et Maupin avaient été tués en 1994. Il avait été condamné à 4 ans de prison pour "association de malfaiteurs".

  - Visactu
© Visactu -