Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le toit de leur hangar s'effondre sur eux à cause de la neige à Saint-Laurent-d'Aigouze

mercredi 7 mars 2018 à 18:42 Par Elena Louazon, France Bleu Gard Lozère et France Bleu Hérault

Mercredi dernier, le toit du hangar dans lequel travaillaient deux jeunes habitants de Saint-Laurent-d'Aigouze, à la frontière de l'Hérault et du Gard, s'est effondré à cause de la neige. Les deux jeunes hommes s'en sont sortis miraculeusement indemnes.

Les voitures ont ralenti la chute du toit du hangar
Les voitures ont ralenti la chute du toit du hangar © Radio France - Nans Hugon

Saint-Laurent-d'Aigouze, France

La semaine passée, deux habitants de Saint-Laurent-d'Aigouze (Gard), au sud-est de Lunel (Hérault), ont été ensevelis sous les décombres d'un hangar, qui s'est effondré sur eux à cause de la neige. "On était dans le hangar en train de découper du gibier, raconte Nans Hugon. On a entendu le bois craquer et quand on a levé la tête, on a vu le toit nous tomber dessus, mais au ralenti, comme dans les films". Les deux jeunes hommes se jettent une première fois au sol puis se relèvent. Un deuxième bruit se fait entendre. "C'était les murs qui étaient carrément tombés, ça a fait le même bruit qu'une explosion."

Sauvés par les toits des voitures

Tous les deux se précipitent à nouveau au sol. "On a eu le réflexe de se mettre sous une table, et on a attendu que ça passe complétement".
Ils doivent leur survie à la présence de voiture garées dans le hangar, qui ont pu ralentir la chute du toit. Un peu sonnés, ils parviennent finalement à sortir du bâtiment effondré. "Grâce aux voitures, on a quand même eu un passage de 60 centimètres qui nous a permis de sortir en rampant tant bien que mal entre les bouts de bois", poursuit le jeune homme. Tous les deux s'en sont sortis sans la moindre blessure. 

Nans, un des rescapés

Outil de travail détruit

Depuis 17 ans, le hangar était le lieu de travail principal de cette famille d'éleveurs, qui y préparait et conservait les produits vendus sur les marchés, ainsi que la nourriture pour les animaux. À l'heure actuelle, tout le contenu du hangar est disposé sur la pelouse devant la maison, en attendant de pouvoir en reconstruire un nouveau. "Ça fait très mal, souffle Christel Cauquil, la mère de Nans. On a travaillé pendant une année entière pour construire le hangar, et en deux minutes il n'y a plus rien." 

Un village solidaire

Depuis une semaine, la famille peut compter sur l'appui des amis et des voisins, pour les aider à débarrasser les débris du hangar. "On a eu la chance d'avoir énormément de monde tout le week-end pour nous aider à déblayer", se réjouit Christel. Ne plus voir ce tas de ruines par terre c'est réconfortant." La famille n'a plus de chaudière, emportée avec le hangar, et un accès intermittent à l'électricité. Mais là aussi, elle peut compter sur la solidarité. "Samedi, ce sont les membres du club de handball d'Aigues-Mortes qui ont apporté le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner", raconte Nans, membre du club.

Christel Cauquil, la mère de l'un des jeunes hommes

Des amis se sont proposés de conserver pour eux les produits à vendre, afin que la famille puisse rependre au plus vite son activité. "On espère recommencer à faire les marchés en fin de semaine, mais on ne sait pas encore si ce sera possible" précise Christel.

Le reportage d'Elena Louazon

Le déblaiement a pris près de deux jours. - Radio France
Le déblaiement a pris près de deux jours. © Radio France - Nans Hugon
Alain Hugon, Christel Cauquil et leur fils Nans au milieu du contenu du hangar. - Radio France
Alain Hugon, Christel Cauquil et leur fils Nans au milieu du contenu du hangar. © Radio France - Elena Louazon