Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le tout premier bracelet anti-rapprochement posé sur un mari violent par le tribunal de Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Le tribunal de Béziers vient de condamner un mari violent à porter un bracelet anti-rapprochement. S'il se rapproche de sa victime ou s'il tente de l'enlever, il ira purger sa peine en prison

BRACELET SURVEILLANCE ELECTRONIQUE ANTI RAPPROCHEMENT
BRACELET SURVEILLANCE ELECTRONIQUE ANTI RAPPROCHEMENT © Maxppp - Vanessa MEYER

C'est une première pour le tribunal correctionnel de Béziers. Un bracelet anti-rapprochement sera posé d'ici la fin de la semaine à la cheville d'un homme de 46 ans. Cet habitant de Pézenas a été condamné lundi à un an de prison avec un sursis probatoire pendant deux ans, pour violence sur son ex-femme. L'homme, qui n'acceptait pas sa séparation, a été reconnu coupable de l'avoir frappée. Il l'avait aussi menacée avec un couteau, sans compter l'envoi de SMS menaçants après avoir dégradé l'appartement de son ex-femme entre février et avril dernier. Ce quadragénaire n'ira pas en prison. En revanche il a interdiction de s'approcher de sa victime, sans quoi il ira purger sa peine derrière les barreaux.

Il s'agit en fait du deuxième BAR ordonné par le tribunal correctionnel de Béziers, mais le premier concernait un homme condamné à une peine d'emprisonnement ferme. L'équipement sera installé uniquement à sa sortie de détention.

Depuis le début de l'année, 51 femmes sont mortes après avoir été violentées par leur compagnon ou ex-compagnon  

Ce bracelet anti-rapprochement permettra de géolocaliser ce Piscénois à l’aide d’une technologie GPS. S'il s'approche à moins d'un kilomètre de sa victime à Agde ou sur son lieu de travail, elle est aussitôt avertie. Les forces de l'ordre interviennent alors, pour la mettre en sécurité et interpeller le condamné s'il refuse de s'éloigner.

Les déplacements de ce dernier sont scrupuleusement surveillés 24 heures sur 24 à distance par un téléopérateur. Evidemment, l'un et l'autre pourraient se retrouver dans le même secteur. Pézenas-Agde, les deux villes sont proches. Mais l'ex-mari violent, est aussi averti s'il se trouve dans un rayon de dix kilomètres. Cet Héraultais devra alors quitter cette zone interdite. S'il refuse, son sursis est révoqué, et il purgera en effet sa peine en prison. 

Ce BAR ne peut pas être retiré, sans quoi une alarme se déclenche en temps réel. Chaque appareil est doté d’une batterie, dont l'autonomie est de 48 heures. L’auteur est tenu de le charger. "À défaut, il se met en infraction". Ce système de surveillance électronique est déployé en France depuis septembre 2020. Aujourd'hui, plus d'un millier de bracelets de ce type ont été posés.

La lutte contre les violences conjugales fait partie des priorités de Raphaël Balland. Le procureur de la République de Béziers, ne s'est jamais caché d'avoir recours à ce dispositif dés son déploiement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess