Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le trafic de drogue du Ranzay au tribunal

lundi 8 janvier 2018 à 3:09 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Neuf hommes sont jugés lundi et mardi par le tribunal de Nantes pour un trafic de drogue qui pourrissait la vie des habitants du quartier du Ranzay.

Neuf hommes sont jugés pendant deux jours
Neuf hommes sont jugés pendant deux jours © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

Un trafic de drogue dans le quartier du Ranzay, à Nantes, est jugé ce lundi et ce mardi par le tribunal. Neuf jeunes hommes de 21 à 25 ans et un, un peu plus vieux, de 37 ans doivent s'expliquer devant la justice. Ils ont été arrêtés en novembre 2016 et février 2017 après une longue enquête. 

D'après les enquêteurs, ils recevaient jusqu'à 15 coups de fils par jour de clients

Elle a duré plus d'un an, au total, pour déterminer qui faisait quoi dans ce trafic qui empoisonnait la vie des habitants de ce quartier situé près du stade de la Beaujoire, à Nantes. Qui étaient les fournisseurs ? Qui étaient les revendeurs ? Qui étaient les nourrices, ceux chargés de garder la drogue chez eux ? Et qui étaient les clients ? Parce que, d'après les enquêteurs, il y en avaient beaucoup. Les dealers recevaient de 10 à 15 coups de fil par jour pour du cannabis mais aussi de la cocaïne et de l'ecstasy.

Plus d'un kilo de cannabis de saisi

"Ce n'était pas un si gros trafic que ça", tempère l'avocat d'un des prévenus pour qui le réseau n'était "pas très bien organisé". Lors de la première vague de perquisition, en novembre 2016, les policiers n'avaient effectivement trouvé que 40 grammes de résine de cannabis et 1.200 euros en liquide. Lors de la seconde, en février 2017, là, les prises sont beaucoup plus importantes : plus d'un kilo de cannabis, de la cocaïne, près de 3.000 euros en liquide et des armes à feu.

Le procès est donc prévu sur deux jours, le temps d'interroger les neuf prévenus.