Faits divers – Justice

Le trafic des migrants touche aussi l'Indre-et-Loire

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine jeudi 28 septembre 2017 à 18:59

Illustration
Illustration © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Les gendarmes d'Indre-et-Loire sont confrontés depuis près de deux ans à un nouveau phénomène. Identifié via l'Italie, le trafic des migrants passe maintenant en Touraine, avec la remontée de camion en provenance d'Espagne. Les passeurs sont armés et très violents.

La crise des migrants pose des soucis désormais sur les grands axes qui traversent la Touraine. Les gendarmes sont confrontés à des trafics d'êtres humains. Le phénomène est apparu il y a deux ans. Des migrants sont convoyés dans des camions et abandonnés sur des aires d'autoroute, charge à eux de trouver un moyen de rejoindre le nord de la France puis l'Angleterre. Le préfet d'Indre-et-Loire Louis Le Franc parle d'une poignée de cas identifiés par les gendarmes depuis quelques mois, cinq tout au plus.

Les migrants sont abandonnés sur des aires de repos des autoroutes

Le trafic prend toujours la même forme. Les migrants sont transportés depuis l'Espagne dans des camions frigorifiques, parce que les forces de l'ordre n'ouvrent pas ce type de camion. Les trafiquants prennent 8.000€ par adulte, 3.000 à 4.000€ par enfant. Ils abandonnent les migrants ensuite sur des aires de repos. Les gens ainsi abandonnés longent ensuite l'autoroute en quête d'un camion pour monter dans le nord de la France et rallier l'Angleterre. Encore une fois, les passeurs leur conseillent de prendre un camion frigorifique, avec tous les risques que ça comportent car il n'y a pas de système d'aération.

Des équipes de passeurs ultra-violents, armées

Autre phénomène autour de ce trafic d'être humains : des bandes rivales se battent pour le marché. Les équipes vont de deux-trois individus, à cinq-six, et ils sont à chaque fois armés. Il y a donc des risques pour les automobilistes qui s'arrêtent sur ces aires de repos, mais aussi pour la police de l'air et des frontières qui est amenée à intervenir, tout comme les gendarmes.