Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au tribunal de Châlons-en-Champagne, les juges sont remplacés par des avocats

mercredi 30 mai 2018 à 19:47 Par Clément Conte, France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis deux mois, quelques avocats du barreau de Châlons-en-Champagne changent de casquette et deviennent assesseurs le temps d'une audience correctionnelle. Les cinq magistrats absents du tribunal ne sont toujours pas remplacés.

Le tribunal de Châlons-en-Champagne recherche des assesseurs pour les audiences collégiales
Le tribunal de Châlons-en-Champagne recherche des assesseurs pour les audiences collégiales © Radio France - Clément Conte

Châlons-en-Champagne, France

C'est une situation inédite. Une dizaine d'avocats du barreau de Châlons-en-Champagne connaissent depuis quelques semaines l'envers du décor judiciaire, à la place des assesseurs, chargés d'assister le juge qui préside l'audience. Un intérim nécessaire face aux grosses difficultés d'effectifs des magistrats du tribunal. 

Selon le bâtonnier de Châlons-en-Champagne, Maître Simon Couvreur, cinq magistrats du siège sur quinze sont absents en ce moment : "Certains sont partis sans être remplacés, d'autres sont en arrêt maladie et quelques-unes sont en congé maternité. Il fallait donc compléter les audiences collégiales." Sans le dévouement de certains avocats, les audiences auraient été reportées : "Cela crée des perturbations dans le fonctionnement de la justice, avec un risque de report des dossiers de 6 mois, 9 mois, voire un an. Ce n'est pas une bonne chose ni pour les prévenus, ni pour les victimes." 

Maître Simon Couvreur, bâtonnier de Châlons-en-Champagne - Radio France
Maître Simon Couvreur, bâtonnier de Châlons-en-Champagne © Radio France - Clément Conte

Quinze avocats volontaires 

Les avocats ont répondu très vite à l'appel du bâtonnier. Quinze d'entre eux se sont portés volontaire pour porter la robe d'assesseur sur onze audiences au total. Mais de l'autre côté de la barre, sur l'estrade, à cette place de juge, les habitudes des défenseurs changent énormément. "C'est très impressionnant, confie Simon Couvreur. L'activité de magistrat est différente de celle de l'avocat même si la formation de base est identique. Le côté impartialité est le plus difficile à faire ressortir". 

Maître Simon Couvreur : "On sait que les magistrats doivent faire preuve d'impartialité."

La neutralité totale, très peu recommandée chez l'avocat, est ici particulièrement mise en avant. "C'est complètement nouveau pour moi, témoigne Maître Guillaume Bert, assesseur à l'audience correctionnelle ce mercredi. J'essaie d'adopter un point de vue le plus impartial possible en faisant preuve d'humilité et de neutralité par rapport à mes confrères que je connais bien et qui plaident devant moi."

Cette situation, et cette double casquette pour les avocats, n'est pas viable pour Maître Simon Couvreur : _"_Le ministère de la justice ne prend pas la mesure des besoins humains et matériels pour que la justice soit rendue de façon correcte", déplore le bâtonnier de Châlons-en-Champagne.