Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le tribunal de Lille annule la procédure Vitaleco : plus de 800 victimes privées de procès

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le procès des responsables de l'entreprise Vitaleco de Wasquehal n'aura pas lieu. Il s'est ouvert ce lundi devant le tribunal correctionnel de Lille, mais les avocats des six prévenus ont pointé du doigt un vice de procédure, et les juges les ont suivis. 800 personnes avaient porté plainte.

Plus de 800 plaintes avaient été déposées contre l'entreprise Vitaleco. Le procès s'est ouvert se lundi, il a été annulé pour cause de vice de procédure.
Plus de 800 plaintes avaient été déposées contre l'entreprise Vitaleco. Le procès s'est ouvert se lundi, il a été annulé pour cause de vice de procédure. © Radio France - Cécile Bidault

Lille, France

Tout ça pour ça ! Le procès des responsables de l'entreprise Vitaleco, à Wasquehal dans la métropole lilloise, n'aura pas lieu. Plus de 800 victimes potentielles avaient pourtant déposé plainte, et ce procès hors-normes s'est ouvert ce lundi matin devant le tribunal correctionnel de Lille. Mais au bout de quelques heures de débat juridiques et techniques, les juges ont décidé d'annuler l'ensemble de la procédure, une enquête qui avait commencé en 2012. Six responsables de la société Vitaleco, qui installait des chaudières, pompes à chaleur et autres panneaux photovoltaïques, comparaissait notamment pour escroquerie en bande organisée, pratiques commerciales trompeuses et démarcharge irrégulier. 

Déséquilibre important entre l'accusation et la défense

Cette décision d'annulation, rarissime dans un procès d'une telle ampleur, a été ainsi motivée par le président du tribunal : "Il y a un déséquilibre important entre l'accusation et la défense". En clair, les droits de la défense n'ont pas été respectés. Le tribunal a en effet considéré qu'il y a eu trop d'irrégularités dans l'enquête, et que la défense n'a pas été suffisamment informée, en temps et en heure, pour se préparer. L'avocat Franck Berton, qui défendait l'un des gérants de Vitaleco, a porté l'estocade en début d'audience, il considère la décision du tribunal logique et courageuse  : "On a voulu passer au-dessus de la loi et des principes directeurs du procès, eh bien, ça ne marche pas ! On est encore dans un État de droit, et la défense a fait valoir ce qu'elle avait à faire valoir, et le tribunal a suivi".

ECOUTEZ : Franck Berton, avocat d'un des gérants de Vitaleco

C'est un gâchis pour tout le monde

La quinzaine de victimes présumées présentes dans la salle d'audience ont très mal réagi en entendant cette décision. Jack Colliez, qui habite Abscon, entre Douai et Valenciennes, a payé 6.000 euros pour un adoucisseur d'eau, c'est environ six fois le prix normal : "De botter en touche comme ça, je trouve ça inadmissible. Des règles de procédure ont été bafouées, et ça profite aux gens qui sont poursuivis ! Eux, ils rigolent, ils vont créer une autre société et encore escroquer des gens. C'est un gâchis pour tout le monde".

ECOUTEZ : Jack Colliez a porté plainte contre Vitaleco

Christopher, lui, est venu de Steenvoorde dans les Flandres, en espérant faire entendre sa détresse. Il raconte : le démarchage téléphonique incessant, le rendez-vous avec le commercial de Vitaleco. Il finit par faire installer un adoucisseur, des panneaux photovoltaïques, et un poêle à bois. La facture s'élève à 30.000 euros, réglés à l'aide d'un crédit à la consommation. Aujourd'hui, il rembourse 600 euros par mois, presque un tiers des revenus du couple. Et l'annulation du procès lui fait perdre tout espoir : "On a été manipulés à 100%, et ils s'en sortent comme ça ! Ils ont fait des victimes !".

ECOUTEZ : reportage au tribunal correctionnel de Lille, après la décision d'annulation du procès Vitaleco

Procédure civile ?

En attendant de savoir si le parquet va faire appel de cette décision, les victimes envisagent une procédure civile, mais l'annulation du procès pénal risque de ne pas jouer en leur faveur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu