Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le tribunal rejette le recours de Mayennais contre la future usine de transformation de volailles à Vaiges

-
Par , France Bleu Mayenne

Le Tribunal administratif de Nantes a rejeté le recours d'un couple de Mayennais contre l'installation d'une usine de transformation de volailles à Vaiges. Les plaignants redoutent que la future entreprise n'entrave leur projet de construction d'un gîte haut de gamme.

L'usine va transformer des viscères de volaille en poudre destinée à la fabrication d'aliments pour des animaux.
L'usine va transformer des viscères de volaille en poudre destinée à la fabrication d'aliments pour des animaux. © Radio France - Groupe LDC

Ce vendredi 21 août 2020, le Tribunal administratif de Nantes a tranché en faveur de la future usine PFC de Vaiges, une commune à l'est de Laval. L'entreprise, filiale du géant de l'agroalimentaire LDC, va transformer des produits, issus de volailles, en poudre protéinée pour animaux. Sa mise en service est prévue au printemps prochain.

Un recours déposé après le délai légal

Brigitte et Stéphane Lalfond ont déposé un recours le 23 juillet dernier, contre l'arrêté qui autorise la mise en activité de cette usine. Le couple mayennais redoute que le site industriel ne nuise à leur projet initial de construire un gîte haut de gamme à 300 mètres. La justice a rejeté leur requête pour une question de forme : elle a été déposée après le délai légal.

Maître Bures, avocat des deux plaignants, regrette que la justice n'ait pas pris en compte la période de confinement. "L'arrêté a été publié à la veille du confinement. Mes clients ont été un peu perdus par rapport à ce qu'ils subissaient et c'était plus compliqué d'obtenir des renseignements, de se documenter et surtout de contacter les personnes compétentes."

Le couple compte saisir le tribunal judiciaire pour troubles de voisinage. Ils craignent des nuisances sonores, olfactives et visuelles. 

En attendant, un autre recours a été lancé par la Fédération de l'environnement en Mayenne. 

À LIRE AUSSI : "En Mayenne, un recours contre l'installation d'une usine de transformation de viscères de volailles"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess