Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : La filière djihadiste de Strasbourg

Attentats de Paris : le troisième kamikaze du Bataclan originaire de Wissembourg

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les enquêteurs ont identifié le troisième kamikaze de la fusillade du 13 novembre au Bataclan. Selon le journal Le Parisien, il s'appellerait Foued Mohamed-Aggad. Il serait originaire de Wissembourg. Il était parti en Syrie en décembre 2013.

Coup de filet contre des djihadistes présumés à la Meinau en mai 2014.
Coup de filet contre des djihadistes présumés à la Meinau en mai 2014. © Maxppp

Strasbourg, France

Le troisième kamikaze du Bataclan et dernier terroriste non identifié serait un Strasbourgeois : selon le journal Le Parisien qui publie l'information ce mercredi matin, il s'appelle Foued Mohamed-Aggad. Cet homme de 23 ans faisait partie d'un groupe d'une dizaine de jeunes djihadistes issus du quartier de la Meinau, des jeunes partis combattre en Syrie en décembre 2013. Cette affaire avait suscité beaucoup d'émoi dans le quartier.  Ils auraient été attirés par un certain Mourad Farès, l'un des principaux recruteurs de djihadistes sur le sol français, arrêté depuis en Turquie. 

Une famille originaire de Wissembourg

Le frère aîné de Foued Mohamed-Aggad, Karim, 25 ans, est actuellement détenu après son passage en Syrie entre les mois de décembre 2013 et mars 2014. Les deux jeunes gens sont issus d'une fratrie de quatre enfants et originaires de Wissembourg où leur mère est toujours domiciliée. Fouad Mohamed-Aggad aurait également combattu en Irak.

Lire aussi : Comment les enquêteurs ont identifié Foued Mohamed-Aggad

En décembre 2013, certains de ces jeunes avaient annoncé à leurs parents qu'ils partaient en vacances à Dubaï. Deux frères qui ont grandi à la Meinau sont d'ailleurs morts sur place en Syrie. Sept de ces jeunes sont revenus à Strasbourg au printemps 2014. Ils ont été interpellés et incarcérés. Foued Mohamed-Aggad serait le seul à être resté à l'époque. Aux dernières nouvelles, selon David Thomson, journaliste à RFI qui enquête sur les djihadistes français, il combattait en Irak où sa femme, française, venait d'accoucher.

Une "petite célébrité du djihad"

David Thomson, explique à France Bleu Alsace que Foued Mohamed-Aggad était aussi connu dans les milieux djihadistes que l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre à Paris, le Belge Abdelhamid Abaadoud. "Il s'est répandu sur les réseaux sociaux en 2013, 2014, depuis la Syrie en postant des photos de lui tout sourire _(...) Il n'était pas dans la dissimulation, c'était une petite célébrité du djihad. On aurait pu imaginer qu'il aurait des problèmes à passer la frontière et pourtant, il est passé._" 

Pour David Thomson, Fouad Mohammed-Aggad était un djihadiste bien connu.

David Thomson en dit plus aussi sur le profil de Foued Mohamed-Aggad, un jeune homme "très apprécié de sa famille, de son quartier, qui n'avait pas de passé carcéral, plutôt inséré dans la vie sociale, comme beaucoup de djihadistes français".    

Foued Mohamed-Aggad, Ismaël Omar Mostefaï et Samy Amimour ont tué 90 personnes le vendredi 13 novembre dans la salle de concert parisienne.

Lire aussi :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu