Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le tueur des gîtes refuse de comparaître devant les assises de la Drôme

lundi 20 octobre 2014 à 6:00 Par Nathalie De Keyzer et Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme Ardèche

Étienne Dedroog, un Belge de 43 ans, vient d'être renvoyé devant la cour d'assises de la Drôme pour le meurtre de Véronique Crettaz la propriétaire d'un gite à Bouchet dans le sud du département. C'était le 11 octobre 2011. Mais l'homme fait appel de ce renvoi car il nie farouchement, malgré les preuves matérielles retrouvées sur la scène de crime comme son ADN.

Le banc des accusés de la cour d'assises de la Drôme.
Le banc des accusés de la cour d'assises de la Drôme. © Stéphane Milhomme - Radio France

Trois ans après le meurtre d'une propriétaire de gîte dans le sud Drôme, celui que l'on appelle "le tueur des gîtes" continue à nier. Étienne Dedroog -un ressortissant belge de 43 ans- refuse d'être renvoyé devant les Assises de la Drôme pour le meurtre de Véronique Crettaz à Bouchet, près de Suze-la-Rousse en octobre 2011. Il fait appel de cette décision.

Confondu par son ADN

Étienne Dedroog va au bout de sa logique. Il a toujours refusé de reconnaître une responsabilité quelconque dans la mort de Véronique Crettaz. Du coup, il n'admet pas de devoir comparaître aux assises pour ce meurtre. Il demande donc aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble de prononcer un non-lieu. Pourtant, l'instruction a mis en lumière des éléments matériels probants. Son ADN a été retrouvé sur le lacet qui a servi à étrangler la victime et elle avait des fragments de peau d'Étienne Dedroog sous les ongles.

Un mythomane

Depuis le début, lui parle d'un compagnon de voyage qui aurait tué la propriétaire. L'enquête n'a jamais permis de retrouver ce deuxième homme. Les psychiatres confirment que le Belge est mythomane, qu'il adore inventer des histoires. Surtout, il a reconnu un double meurtre de propriétaires de gîtes dans les Ardennes, dans des conditions quasi similaires au crime drômois. Pour son avocat, Me Ivan Flaud, c'est justement ce qui est troublant. De toute façon, quelle que soit la décision de la cour d'appel de Grenoble, Étienne Dedroog sera jugé en Belgique pour le double meurtre des Ardennes début novembre.

Le palais de Justice de Grenoble, décembre 2013 - Radio France
Le palais de Justice de Grenoble, décembre 2013 © Radio France

Le tueur des gîtes refuse de comparaître devant les assises de la Drôme.