Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le "tueur du chien Jagger" condamné à 12 mois de prison avec sursis et à 5.300 euros de dommages et intérêts

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

L'ouvrier agricole qui avait abattu le berger allemand Jagger à Augé dans les Deux-Sèvres le 15 février dernier a été condamné mardi matin à un an de prison avec sursis. "Je voulais qu'il reparte avec les menottes", regrette Hélène Decanter, la propriétaire de Jagger.

Lors du procès le 9 avril à Niort, Hélène Decanter, la propriétaire de Jagger, tient dans ses mains l'urne funéraire contenant les cendres de son berger allemand.
Lors du procès le 9 avril à Niort, Hélène Decanter, la propriétaire de Jagger, tient dans ses mains l'urne funéraire contenant les cendres de son berger allemand. © Maxppp - Marie Delage

Niort, France

C'est une affaire qui a mobilisé de nombreuses associations de défense des animaux. Le tribunal correctionnel de Niort a condamné ce mardi matin le tueur du chien Jagger à 12 mois de prison avec sursis et à une mise à l'épreuve de deux ans. Ce voisin qui avait abattu le berger allemand à Augé le 15 février 2019 va également devoir verser 3.800 euros de dommages et intérêts à la famille de Jagger et 500 euros à chacune des associations de défense des animaux qui s'étaient portées parties civiles (ainsi qu'à 500 euros de remboursement des frais de justice des plaignants).

"J'aurais aimé qu'il reparte avec les menottes (...) cet homme a cassé les pattes de mon chien, si on n'appelle pas ça de la barbarie, je ne comprends pas." (Hélène Decanter)

La page Facebook "Justice pour Jagger" rassemble plus de 107.000 soutiens, selon Hélène Decanter, qui affirme avoir reçu des messages de solidarité venant de plusieurs pays d'Europe.

Une condamnation plus sévère que les réquisitions du parquet

Lors du procès du meurtrier présumé du chien Jagger le 9 avril à Niort, le procureur de la République avait requis six mois de prison avec sursis. Le tribunal est donc allé au-delà ce mardi matin, cependant cela reste insuffisant pour Hélène Decanter. "[Le tueur de Jagger] méritait tout simplement qu'on lui inflige la peine maximum que prévoit la loi, c'est-à-dire 2 ans de prison ferme et 30.000 euros d'amende".

"Il a traqué des proies, pendant des années, tout ce qui s'aventurait dans son corps de ferme qu'ils soient pigeons, chats, chiens, étaient voués à la mort, et moi j'aurais aimé qu'il devienne la proie de la justice." (Me. Isabelle Gharbi-Terrin)

Avocate de la propriétaire de Jagger, Maître Isabelle Gharbi-Terrin parle de son côté "d'une victoire mesurée"

"Pour ce qui est des intérêts civils, on a une décision assez inédite parce que le tribunal condamne le prévenu à verser 1.500 euros à la maman de Jagger, 1.500 pour son papa, et 800 euros pour le fils de la famille (...) ce sont des sommes très importantes qui marquent un pas dans la reconnaissance de l'animal comme faisant partie de la famille, et du préjudice, du chagrin immense qu'ont subi ces gens suite à la mort de leur animal de compagnie" (Me. Isabelle Gharbi-Terrin)

Le prévenu, un ouvrier agricole de 57 ans, devra également par ailleurs verser 500 euros de dommages et intérêts à chacune des associations qui s'étaient portées parties civiles au procès - Stéphane Lamart, Secours et Protection des animaux de compagnie, Société Protectrice des Animaux (SPA), 30 Millions d'Amis et la Fondation Brigitte Bardot.