Faits divers – Justice

Procès en appel du meurtre d'Eysus : 20 ans pour Trey et 10 ans pour Barboure

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn, France Bleu Gironde et France Bleu jeudi 1 décembre 2016 à 22:00

Daniel Trey et Karine Barboure avec leurs avocats
Daniel Trey et Karine Barboure avec leurs avocats © Radio France - Daniel Corsand

La cour d'assises des Landes a décidé ce jeudi de creuser les écarts de peines entre les deux auteurs de ce cambriolage meurtrier à Eysus. La première peine de Daniel Trey, le meurtrier est confirmée. Celle de Karine Barboure, sa complice est baissée de trois ans.

Le verdict du procès en appel du meurtre d’Eysus. La cour d'assises des Landes a condamné ce jeudi soir Daniel Trey à 20 ans de réclusion criminelle ; 10 ans pour Karine Barboure, sa complice. Les deux sont reconnus coupables du meurtre de Marguerite Lagrave le 12 novembre 2001 pendant le cambriolage de sa maison qui a viré au drame. Un meurtre élucidé 12 ans après, parce que Karine Barboure a fait chanter son ancien mari et menacé de le livrer à la justice.

10 ans séparent les deux accusés

Pendant ce procès on n'a rien appris sur Karine Barboure. Elle propose toujours les mêmes improvisations mensongères. Déjà à Pau il y a un an on avait compris qu'elle n'était pas Machiavel. Qu'elle ment par réflexe jusqu'à se contredire. Mais ce deuxième procès nous en a davantage appris sur Daniel Trey. Lors du premier procès il a profité de la place que prenait son ex épouse et ses deux avocats. Cette fois, et on n'a plus parlé de lui. On a découvert qu'il n'était pas si soumis que ça à son épouse.

L'audition du fils aîné du couple a marqué les jurés lors du troisième jour. Il a raconté que son père était violent avec sa mère. C'est la première fois que Jean Sébastien était entendu dans cette affaire. Daniel Trey l'interpelle depuis le box : "Dis la vérité Jean Sebastien! Maman t'as remonté contre moi pour dire ca !". L'ado de 18 ans rougi,t vacille, mais il le maintient à la barre.

Et puis il y a eu sa version soft de la sauvage agression de Margot Lagrave. Ca ne tient pas debout. Tout le monde l'a senti. L'avocate de Daniel Trey, Maitre Pierrette Maza Capdevielle, l'a sans doute senti elle aussi. Dans sa plaidoirie elle a tenté de soutenir sa version de peur panique : "pourquoi ne fuit-il pas ? C'est ça qui est difficile de comprendre. Mais c'est un garçon limité. Elle parle de son QI de 81". Dans la famille et parmi ses proches on l'appelle tête d'ail. Ce rééquilibrage n'a pas eu pour effet d'augmenter la sanction de Trey, mais il a sans doute contribué à faire baisser celle de Barboure. La cour d'assises des Landes a voulu que la peine de Trey soit le double de celle de Barboure.

Daniel Trey dans le box - Radio France
Daniel Trey dans le box © Radio France - Daniel Corsand

Un couple qui vivait sur les nerfs et à crédit

Dans ses réquisitions, le procureur Jean-Christophe Muller avait demandé la confirmation du verdict de Pau. Il s'est attaché à planter le décor de ce couple. Il a expliqué qu'il est, au fond, inutile de savoir qui manipule l'autre. Il dit qu'il y a trois personnes dans le box : lui, elle et le couple qu'ils forment tous les deux. Un couple qui mène "une vie de gêne, morale et financière". C'est dans cette relation nocive qu'il faut chercher la matrice de ce déchaînement de violences. C'est vrai que pendant ce procès, il a beaucoup été question de ce mariage désastreux. Les avocats de la défense ont par moment plaidé comme dans une procédure de divorce contentieux.

Karine Barboure dans le box - Radio France
Karine Barboure dans le box © Radio France - Daniel Corsand

Les arguments de la défense de Karine Barboure

Les avocats de Karine Barboure se sont appliqués à enlever de l'esprit des jurés l'image de marâtre de leur cliente. Maitre Frédéric Dutin a joué de l'oximore en demandant d'oublier "la petite musique assourdissante du premier procès". Il reconnait que la parole de Karine Barboure est partie dans tous les sens. Mais il rappelle que ce n'est pas elle qui portait le couteau ce soir là. L'autre avocat de Karine Barboure, maitre Lionel Béthune de Moro, a pris le relais : "elle envisageait de voler une vivante, lui (Daniel Trey) a volé une morte", avant d'ajouter : "ne croyez pas cette fable qui dit que Trey est le bras armé de Barboure".

Le combat judiciaire de Karine Barboure n'aura pas été vain. Il y a une différence de dix années avec Monsieur Trey. Sur ça, il y a une logique (...) Elle n'est pas la femme terrible qu'on a voulu dépeindre. — Un des avocats Karine Barboure

Me Frédéric Dutin, avocat de Karine Barboure

La colère de la famille de Margot

La famille Lagrave est arrivée à ce procès déchirée par la rumeur qui leur colle à la peau. La première enquête désastreuse des gendarmes a soupçonné une partie d'entre eux. La famille a explosé. Une rumeur qui perdure encore dans Eysus, malgré le non lieu de la première enquête et ces deux procès qui ont condamné ce couple. Il devront aussi faire avec la déception de ce verdict. Ils sont tous encore très remontés contre Karine Barboure.

La famille Lagrave ne comprend pas. Elle (Karine Barboure) a menti du début à la fin de ce procès. C'est toujours la même Karine Barboure. Elle ne méritait aucune espèce de circonstance atténuante. — Un des avocats des Lagrave

L'incompréhension de Me Julien Marco, un des avocats de la famille Lagrave

Mes Marco et Le Corno, les avocats de la partie civile - Radio France
Mes Marco et Le Corno, les avocats de la partie civile © Radio France - Daniel Corsand

Partager sur :