Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le village de Saint-Jean-du-Gard recouvert de mystérieux tags

lundi 11 juin 2018 à 13:24 - Mis à jour le lundi 11 juin 2018 à 13:35 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Surprise pour les habitants de Saint-Jean-du-Gard, dans les Cévennes, le week-end dernier : "Anti France", "No Nation", "Tendresse et vandalisme" : des tags sur la mairie du village, le monuments aux morts, des commerces et même des façades privées récemment refaites. Une enquête est ouverte.

Mairie, commerces, platanes et aussi le monument aux morts.
Mairie, commerces, platanes et aussi le monument aux morts. © Radio France - Ludovic Labastrou

Saint-Jean-du-Gard, France

Le monument aux morts de Saint-Jean-du Gard a été vandalisé ce dernier week-end. "Anti France", "No Nation" ou bien "La police assassine" : des tags également sur la mairie, un restaurant, une pharmacie et même une façade privée récemment refaite. La mairie du village cévenol va porter plainte et une enquête est ouverte par la gendarmerie.

Tous les regards convergent vers le site de La Borie

L’enquête devra tenter de mettre la main sur le ou les auteurs de ces tags qui ont provoqué une vive émotion dans le village de moins de 3.000 habitants. La gendarmerie ne peut s’empêcher de faire le lien avec la décision attendue ce mardi du TGI d'Alès quant à l’expulsion des occupants du site de La Borie.

Tout le monde se tait, mais l'exaspération est à son comble.

"Cela fait des années que cela dure. Personne ne fait rien. Qu'on les vire de là, c'est tout."

Dans les années 80, tout le village de Saint-Jean-du Gard, s’était mobilisé contre un projet de barrage sur le site de La Borie. Projet abandonné. Aux idées généreuses de l'origine, faire de ces 25 hectares de terres un lieu de vie et de culture, a succédé un squat, le plus vieux de France disent ses occupants : des jeunes itinérants, présents, notamment, à Notre-Dame-des-Landes. Après la ZAD, la zone à défendre, le SAD de La Borie, le squat à défendre

Récit Ludovic Labastrou.

La mairie a tenté de négocier une occupation légale. Refus des occupants, adeptes de l'occupation gratuite

Depuis son élection en 2014, la nouvelle majorité municipale a tenté à au moins quatre reprises de négocier l'occupation des lieux contre un loyer, mais difficile de parler avec un collectif qui ne se reconnait aucun leader. Elle a donc demandé l'expulsion au tribunal d'Alès qui doit rendre sa décision ce mardi. 

La mairie de Saint-Jean-du-Gard veut récupérer les terres pour les vendre à un ou des agriculteurs. Pas sûr que les "satistes" se laissent faire. Une manifestation est prévue par les occupants de La Borie mardi en fin de matinée devant la mairie. La gendarmerie du Gard, qui y mettra les moyens, prévient que force restera à la loi.

La mairie de Saint-Jean-du Gard, elle aussi taguée. - Radio France
La mairie de Saint-Jean-du Gard, elle aussi taguée. © Radio France - Ludovic Labastrou
Le monument aux morts de Saint-Jean-du-Gard vandalisé. - Radio France
Le monument aux morts de Saint-Jean-du-Gard vandalisé. © Radio France - Ludovic Labastrou