Faits divers – Justice

Le viol de Lola : incompréhension quartier Kennedy à Perpignan

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon vendredi 27 juin 2014 à 17:33

Personne n'a rien vu et rien entendu
Personne n'a rien vu et rien entendu © Radio France

Au sur-lendemain du viol de Lola, 25 ans près de l'avenue Kennedy à Perpignan, les riverains et les commerçants du quartier s'interrogent : comment personne n'a rien vu et rien entendu. L'enquête se poursuit.

Lola est tombée dans un terrible guet-apens mercredi en fin d'après-midi. C'est ce qui ressort des premiers éléments de l'enquête au sur-lendemain du viol de cette jeune étudiante de 25 ans. Cette maman d'un petit garçon de quatre ans a été suivie avenue Kennedy par deux hommes qui l'ont menacée avec un couteau et poussée dans une impasse pour la violer. Un passage situé derrière des commerces et des bureaux, à deux pas d'un parking. Une petite ruelle ombragée, c'est vrai, mais entourée d'immeubles et de pavillons, avec des balcons qui surplombent le lieu de l'agression.

L'appel à témoin lancé par Lola et son compagnon sur France Bleu Roussillon a ému tout le monde dans le quartier. Mais c'est aussi l'incompréhension car il faisait chaud mercredi en fin de journée, les fenêtres étaient ouvertes, les gens sortaient du bureau. Comment personne n'a rien vu et rien entendu ?

Sylvie travaille dans des bureaux dans le quartier : "On a le parking juste derrière et on n'a rien vu, rien entendu , pourtant on quitte toujours le bureau vers 18h15, et avec mes collègues on est très choquées , surtout que c'est en plein jour, on a du mal à comprendre. On en parle entre nous, on n'est pas rassurées. Faut pas tourner à la psychose, mais on ne sortira plus seule du travail, on va être deux fois plus vigilantes. Que personne n'ait rien entendu ? Y a du passage, des balcons, des fenêtres ouvertes, on se pose beaucoup de questions"

Viol Suites - SON 1

Jean-Louis est un habitué du quartier : "Ca dépasse l'entendement ! Elle a pu crier et tout le monde s'en fou , je n'arrive pas à l'admettre ! C'est dans une rue avec des maisons, y a des balcons avec les fenêtres ouvertes. Les gens s'en foutent !"

Viol Suites - SON 2

Nathalie habite dans l'immeuble qui surplombe le lieu de l'agression, elle n'était pas chez elle mercredi après-midi: "Ca me semble quand-même bizarre parce qu'on est pas mal dans cette résidence, si elle a crié y a quelqu'un qui a entendu. Le boulevard Kennedy, y a tout le temps du monde... en plein après-midi, c'est incroyable que personne n'ait rien vu ! C'est pas une rue déserte, c'est l'été. C'est ça qui est affolant et qui fait peur. Peut-être des gens ont vu et ont peur . Moi si j'avais été témoin, je n'y serais pas allée, mais j'aurais appelé."

Viol Nathalie

Corine rénove un appartement dans un autre immeuble, à côté de l'endroit où Lola a été violée, elle était là mercredi vers 18h : "Je n'ai rien entendu rien, si ce n'est les oiseaux. Si j'avais vue, je ne serai pas restée impassible, ça c'est clair. Les gens autour ont peut-être cru à un jeu , où est la limite entre les cris de secours et les cris de jeu ?"

Viol Avenue Kennedy enro 1

Albert est peintre en bâtiment, il travaille sur un chantier juste à côté, il avait fini sa journée au moment de l'agression : "C'est un scandale ! Moi j'aurais été là, je serais sorti. Je pense que les gens ont pas bougé, ils ont peur. Avoir confiance en personne, c'est malheureux !"

Viol Albert

Bernadette est commerçante Boulevard Kennedy : "C'est pas isolé, je comprends pas, les fenêtres sont ouvertes et personne n'a réagi ? Tout le monde s'en fou ? S'ils dorment bien la nuit... moi j'aurais été là, j'aurais réagi, j'aurais appelé la police !"

Viol Bernadette

Lola a été entendue pendant quatre heure jeudi après-midi pour décrire ses agresseurs et tenter de les reconnaître sur les fichiers des personnes déjà connues des services de police. Il n'y a de caméra de vidéo-surveillance à l'intérieur du magasin Babou d'où sortait Lola (il est possible que ses agresseurs l'aient repérée au moment où elle faisait ses courses). Pas de caméra non plus dans la rue sur cette portion de l'avenue Kennedy, la plus proche se trouve à l'intersection avec la rue Pierre Cambres, à environ 500 mètres du lieu de l'agression.

Le viol s'est déroulé sous les balcons de cet immeuble - Radio France
Le viol s'est déroulé sous les balcons de cet immeuble © Radio France
Personne n'a rien vu et rien entendu - Radio France
Personne n'a rien vu et rien entendu © Radio France