Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le "violeur de la forêt de Sénart" jugé à partir d'aujourd'hui à Evry

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Il est soupçonné d'une trentaine de viols ou tentatives, et d'agressions sexuelles. Un homme de 45 ans est jugé à partir d'aujourd'hui aux assises de l'Essonne pour des faits commis il y a deux décennies, entre 1995 et 2000.

L'homme a été arrêté suite à des expertises ADN dites "en parentèle"
L'homme a été arrêté suite à des expertises ADN dites "en parentèle" © Maxppp - Vincent Michel

Cette série de viols avait à l'époque marqué les esprits. Toujours le même mode opératoire. Après avoir aperçu une femme seule dans la forêt, l'homme en scooter simulait une panne. Quand la victime approchait, il se jetait sur elle, la frappait parfois, la violait et s'enfuyait. Impossible de le reconnaître, il gardait systématiquement son casque.

Les prélèvements de sperme et de sang avait permis de savoir qu'il s'agissait bien de la même personne, mais pas de connaître son identité. A tel point qu'en 2005 le dossier est classé

Une nouvelle technique de recherche ADN

Le dossier est rouvert en 2014, et les enquêteurs utilisent alors une nouvelle technique : la "recherche en parentèle". Il s'agit de retrouver des proches de l'individu dont l'ADN est testé et de procéder par recoupements.
Et c'est ainsi qu'ils tombent sur ce père de famille sans histoire, surnommé "Bonbon" pour sa douceur, habitant près de la forêt au moment des faits.

Des faits qu'il nie aujourd'hui. Et ses avocats contestent les expertises génétiques, expertises qui devraient être au centre des débats dans les jours qui viennent. Le procès est prévu pour durer quatre semaines. La peine encourue est de 20 ans de prison.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess