Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le procès du "violeur des balcons"

Le "violeur des balcons" condamné à 18 ans de réclusion criminelle

vendredi 29 juin 2018 à 4:23 - Mis à jour le vendredi 29 juin 2018 à 7:00 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse et France Bleu

L'homme de 35 ans accusé de six viols et quatre tentatives de viol a été condamné jeudi soir à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Vaucluse. Il passait par les fenêtre ouvertes pour agresser ses victimes.

Palais de justice d'Avignon
Palais de justice d'Avignon © Radio France - Aurélie Lagain

Avignon, France

L'homme surnommé le "violeur des balcons" a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle jeudi soir devant la cour d'assises de Vaucluse. La cour a assorti la peine d'une période de sûreté des deux tiers. L'avocat général avait requis 20 ans de réclusion criminelle. Abdelhamid Zouhari, 35 ans, était accusé d'avoir violé six femmes, et d'avoir tenté d'en violer quatre autres à Sorgues, Montfavet, Morières-les Avignon, Avignon et Aix en Provence entre 2013 et 2015. 

Il pénétrait chez les victimes qui habitaient dans de petites résidences en passant par la fenêtre, à chaque fois entre 4h et 7h du matin.  Comment savait-il qu'elles vivaient seules ? Il observait le linge mis à sécher sur leur balcon.

Les enquêteurs avaient réussi à mettre la main sur des traces ADN malgré le nettoyage méticuleux auquel il contraignait ses victimes. Il avait été arrêté grâce au signalement d'un voisin qui l'avait vu escalader la façade d'un immeuble, et qui avait relevé la plaque d'immatriculation de sa voiture.