Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le violeur en série présumé de Tours s'est suicidé dans sa cellule

mardi 5 décembre 2017 à 14:47 Par Xavier Louvel, France Bleu Orléans, France Bleu Touraine et France Bleu

Le violeur en série présumé de Tours s'est pendu vendredi dans sa cellule de l'unité psychiatrique de Fleury-les-Aubrais, près d'Orléans. Il avait été transféré dans cette unité spécialisée après une évasion de l'hôpital Trousseau de Tours. Il avait répété vouloir se suicider depuis son arrestation.

Centre hospitalier psychiatrique George Daumezon de Fleury-les-Aubrais
Centre hospitalier psychiatrique George Daumezon de Fleury-les-Aubrais © Maxppp - Pascal Proust

Indre-et-Loire, France

Le violeur en série présumé de Tours s'est suicidé. L'homme de 46 ans a été retrouvé pendu dans sa cellule vendredi matin a confirmé à France Bleu Orléans la direction du centre psychiatrique de Fleury-les-Aubrais. On ne l'apprend que ce mardi. L'homme était incarcéré dans une unité psychiatrique près d'Orléans, dédiée aux prisonniers dangereux pour les autres et pour eux-mêmes.

L'homme avait répété vouloir mettre fin à ses jours

La justice savait que l'homme était suicidaire. Le quadragénaire l'avait dit et répété lors de sa garde à vue et lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Tours. Le médecin de la prison signale ses pulsions suicidaires à la préfecture. Elle le fait interner à l'hôpital Trousseau à Tours dans un service inadapté pour ce genre de détenu. Il s'échappe de sa cellule. Devant le personnel soignant, il explique qu'il "veut saluer sa famille et se foutre en l'air". Il est finalement interpellé rapidement par les gendarmes le dimanche 19 novembre au petit matin.

Transféré à l'unité psychiatrique de Fleury-les-Aubrais le 19 novembre

C'est donc dans l'unité psychiatrique de Fleury-les-Aubrais que l'homme de 46 ans est transféré. Cette unité qui se trouve au sein de l'hôpital George Daumezon de Fleury-les-Aubrais a été créée en 2013, avec une quarantaine de places. Le lieu est hautement sécurisé, où les détenus sont normalement très surveillés, avec de nombreuses caméras et une trentaine de surveillants. Comme dans ce genre d'affaire, une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances exactes de ce suicide. Il n'y aura donc pas de procès en Assises pour les trois victimes puisque l'action publique s'éteint suite au décès du violeur présumé.