Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le violeur présumé s'est évadé de l'hôpital de Tours en passant par le faux plafond

lundi 20 novembre 2017 à 17:21 Par Boris Compain, France Bleu Touraine et France Bleu

L'homme soupçonné d'avoir violé 3 femmes à Tours entre juillet et novembre a été transféré dans une unité psychiatrique pénitentiaire, lundi 20 novembre. La veille, il s'était évadé de l'hôpital de Tours en passant par le faux plafond pour sortir de sa chambre fermée à clé.

Le violeur présumé a été interpellé quelques heures après son évasion, dimanche, au lever du jour, dans une ville proche de Tours
Le violeur présumé a été interpellé quelques heures après son évasion, dimanche, au lever du jour, dans une ville proche de Tours © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Indre-et-Loire

Le violeur récidiviste présumé qui s'est évadé durant quelques heures, dimanche 19 novembre à l'aube a finalement été transféré à Orléans, lundi. Il va passer quelques temps dans une unité psychiatrique pénitentiaire. C'est d'ailleurs dans un établissement de ce genre qu'il aurait du être envoyé dès le début.

Envoyé dans une chambre d'hôpital, à défaut de pouvoir être transféré dans une unité psychiatrique pénitentiaire un samedi

Samedi matin, le médecin de la maison d'arrêt de Tours donne l'alerte : selon lui, cet homme de 46 ans sans antécédent judiciaire, incarcéré depuis 3 jours, est "dangereux pour lui-même et pour les autres". C'est notamment le terme habituel pour décrire les détenus qui risquent de se suicider.

La Préfète décide de l'hospitaliser, mais un samedi, pas d'autre solution que d'emmener le détenu au service psychiatrique de l'hôpital Trousseau, à Tours, dans une chambre fermée à clé. Le détenu s'en évade la nuit suivante.

Un bout de rail arraché dans le faux-plafond lui sert à menacer le personnel hospitalier

Il monte dans le faux plafond, passe au-dessus de la cloison, et ressort dans le couloir. Au passage, il arrache un bout de rail métallique. Une arme improvisée avec laquelle il menace le personnel. Avant de s'enfuir, en pyjama et blouson, il leur explique qu'il veut saluer sa famille et "se foutre en l'air".

Rattrapé quelques heures plus tard, chez un proche, l'homme soupçonné de 3 viols se livre sans résistance. Il a été transféré lundi après-midi dans une unité psychiatrique pénitentiaire, à Orléans. Un endroit dont il est beaucoup plus compliqué de s'échapper.