Faits divers – Justice

Le vol de plaques d'égout se multiplie dans le Nord Franche-Comté

Par Rebecca Gil et Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 2 septembre 2015 à 15:14

Le premier adjoint au maire de Montreux-Chateau pointe du doigt une plaque d'égout en fonte
Le premier adjoint au maire de Montreux-Chateau pointe du doigt une plaque d'égout en fonte © Radio France - Nicolas Wilhelm

Les gendarmes ne parlent pas encore de vaste trafic mais ils se disent préoccupés par la recrudescence de ces vols dans le Nord Franche-Comté. Les auteurs de ces vols: a priori des ferrailleurs qui revendent la fonte à prix d'or.

Plaques d'égout, grilles d'évacuations sur les trottoirs ou les chaussées des communes... Les matériaux en fonte disparaissent petit à petit dans le Nord Franche-Comté. 

Point sur les communes concernées

Delle et sa zone des chauffours (où trente-neuf plaques ont été volées fin juillet), trois à Montreux-Chateau, quatre à Foussemagne, ou encore à Botans dans le Territoire de Belfort mais aussi Dambenois dans le Doubs... Elles sont de plus en plus nombreuses à signaler ce genre de vol .

Des vols qui ne devraient pourtant pas passer inaperçus puisque ce genre de plaque peut peser jusqu'à 50 kilos, il faut donc un gros véhicule pour les transporter. Les voleurs semblent agir de nuit.

"Le préjudice est estimé à près de 3000 euros, nous allons porter plainte"

Pour le premier adjoint au maire Daniel Chalmey, "c'est la première fois que la commune est confrontée à ce type de soucis". Une plainte est envisagée, l'élu compte sur l'assurance pour le remboursement du préjudice, estimé à 3000 euros.

 

Vols plaques égoûts / BOB Chalmey ok

 

En attendant le compte-rendu de l'enquête de la gendarmerie, les routes ont été sécurisées pour éviter les accidents. Les trous béants ont été recouverts de planches en bois découpées par l'employé communal lui-même.

L'élu envisage la pose de plaques anti vandales, ou encore la soudure des plaques au sol.

Le phénomène est hexagonal

Ce type de vol s'est considérablement développé dans l'hexagone, avec notamment l'envolée du cour de la fonte. Fin 2013, la tonne se négociait à 300 euros . Une plaque d'égout qui peut atteindre les 50 kilos, pourra être revendue aux alentours de 15 euros. 

Même si le tarif de la revente parait faible, les 36 000 communes françaises ont quasiment toutes connu à un moment ou à un autre un ou plusieurs vols de plaques d'égout.

Devant l'ampleur du phénomène, plusieurs d'entre elles ont pris le parti de souder ou de visser leurs plaques pour prévenir de disparition. C'est d'ailleurs déjà le parti pris de la ville de Belfort dans plusieurs quartiers.