Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le vol massif de ruches, nouveau fléau des apiculteurs

mercredi 11 avril 2018 à 18:43 Par Noémie Philippot, France Bleu Isère et France Bleu Saint-Étienne Loire

René Mounier, apiculteur amateur de La Tour-en-Jarez s'est fait voler 65 ruches, installées en Isère. Un coup dur pour ce passionné, et un fléau qui touche de plus en plus d'apiculteurs.

Sur 75, il ne reste que dix ruches à René Mounier. Un coup dur pour cet apiculteur amateur, passionné depuis une trentaine d'année.
Sur 75, il ne reste que dix ruches à René Mounier. Un coup dur pour cet apiculteur amateur, passionné depuis une trentaine d'année. © Radio France - Noémie Philippot

La Tour-en-Jarez, France

Il ne lui reste que les dix ruches installées sur son terrain de La Tour-en-Jarez. René Mounier, apiculteur amateur, s'est fait voler 65 ruches en Isère, à Serpaize dans la nuit du vendredi 6 au 7 avril. Il y installe ses abeilles pour récolter du miel d’acacia ou de châtaigné. Cette année, il a presque tout perdu

Alerté par l'application de suivi de ses ruches

Pour suivre l'évolution de la production de miel de ses abeilles, René Mounier surveille leur poids à distance grâce à une application. Le vendredi soir, elle affichait 38 kilos. Le lendemain, zéro. C'est l'alarme, l'apiculteur fonce en Isère, et une heure de route plus tard, il découvre son rucher vide. "On est carrément démoralisé, on ne dort pas pendant deux-trois jours, parce que c'est quand même des années de travail, et en une nuit, tout part" souffle-t-il. 

Face au vol, René Mounier ne sait pas quoi faire : "On ne peut pas dormir sur les ruchers malheureusement, il existe des traceurs, mais ce n'est pas rentable. Ou _on baisse les bras et on arrête, ou on lève la tête et on essaie de continuer_, mais c'est quand même dur." Il a porté plainte, et devrait recevoir une aide via les assurances de son syndicat, mais il est désemparé : "On peine à avoir du miel, le dérèglement climatique, les insecticides, ça joue aussi beaucoup. Il faut jongler avec tout ça, et si on nous les vole en plus, ça va être infernal."

Pour René Mounier, le cumul du dérèglement climatique, des insecticides et des vols massifs, c'est trop.

Des dizaines de ruches volées qui partent vers les pays d'Europe de l'est

Cela fait un an que les apiculteurs subissent ce type de vol massif selon Mathieu Charasse, le président du syndicat départemental d'apiculture de la Loire. "Il y a toujours eu des vols de ruches, mais c'était deux, trois ruches ! explique-t-il, mais là ce qui est vraiment inquiétant, c'est que ce sont des ruchers de 80 ruches qui partent du jour au lendemain." 

Selon lui, il s'agit de bandes organisées qui chargent un camion en deux heures, et partent immédiatement vers les pays d'Europe de l'est.

Pour Mathieu Charasse, président du syndicat départemental d'apiculture de la Loire, ce sont des bandes organisées qui volent des ruchers entiers.