Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le "voyeur de Guéret" reste en prison en attendant son procès

mardi 1 mai 2018 à 10:24 Par Maxime Tellier et Olivier Estran, France Bleu Creuse et France Bleu

Un homme de 45 ans originaire de Mourioux-Veilleville est accusé d'avoir placé des cameras dans des toilettes publiques. Son procès est reporté au 28 mai en attendant l'expertise psychiatrique. Le tribunal de Guéret a décidé de maintenir le suspect en détention d'ici là.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Lionel Vadam

Guéret, France

L'audience de lundi 30 avril devant la cour correctionnelle de Guéret n'aura donc porté que sur l'opportunité de maintenir ou pas le suspect en détention. En pull-over kaki,  ce père de famille de quatre enfants est plutôt grand et costaud mais il lance au tribunal "je ne ferais jamais de mal à des gens, à des enfants... Quant aux caméras, ce sont des bêtises"

"Il y a 15 ans déjà, vous aviez une passion pour les fesses des petites filles"

Pas de quoi convaincre la procureure, qui rappelle que cet homme a été condamné en 2003 à six mois de prison avec sursis pour les mêmes motifs. "Déjà , vous aviez une passion pour les fesses des petites filles et ça ne s'est jamais arrêté. A trois reprises, il y a des perquisitions chez vous, les enquêteurs saisissent des ordinateurs avec des photos pédo-pornographiques et à chaque fois vous vous ré-équipez, vous rachetez du matériel et on trouve les mêmes photos"

"Vous dites que vous ne faites pas de mal aux gens, mais ces clichés constituent une violence. Les photos volées dans les toilettes, c'est de la violence. Vous avez même filmé votre conseillère judiciaire avec un stylo camera à son insu". Dans le box, l'homme s'agite, s'emballe "je suis séparé de ma copine qui vit maintenant cloîtrée chez ses parents ! Rendez moi ma copine et je serai heureux avec elle". Le tribunal tranche, il reste en prison jusqu'au 28 mai.

L'association "La Fondation pour l'Enfance" a décidé de se constituer partie civile. Elle pourrait demander des dommages et intérêts.