Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Légionnaire mort à Djibouti : les quatre supérieurs condamnés à de la prison avec sursis

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Ce jeudi, quatre anciens légionnaires ont été condamnés à des peines de deux à quatreans de prison avec sursis. Ils étaient accusé d'avoir laissé mourir un autre légionnaire des suites d'un "coup de chaleur" lors d'un exercice dans le désert de Djibouti en 2008.

Un groupe de légionnaires (photo d'illustration).
Un groupe de légionnaires (photo d'illustration).

La cour d'assises de Paris a condamné jeudi soir quatre anciens supérieurs d'un légionnaire mort d'un "coup de chaleur" lors d'un exercice dans le désert de Djibouti en 2008 à des peines de deux à quatre ans de prison avec sursis. Les jurés se sont montrés moins sévères que le ministère public, qui avait requis plus tôt jeudi des peines de quatre à cinq ans de prison avec sursis à l'encontre des anciens supérieurs d'un légionnaire . 

Maryvonne Caillibotte, l'avocate générale, avait estimé que l'encadrement était responsable de la mort du légionnaire, Matus Talas, pour "l'avoir contraint à poursuivre un effort au prix de sa vie". Tous les accusés ont été reconnus coupables de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, commises en réunion". L'avocate générale avait affirmé tenir compte du fait que les accusés ont reconnu leur responsabilité et ne représentent aucune menace.

L'ancien lieutenant Médéric Bertaud a été condamné à la peine la plus grave car il était "le seul qui en tant qu'officier aurait pu faire cesser cette journée de calvaire". Il écope de quatre ans de prison avec sursis. Les trois autres accusés, deux anciens caporaux et un ancien sergent, ont été condamnés à deux ans avec sursis. Les deux accusés présents lors du procès ne feront pas appel. 

>> À LIRE AUSSIMort d'un légionnaire en 2008 : ses supérieurs jugés à Paris

Choix de la station

À venir dansDanssecondess