Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Légionnaires morts noyés dans la Marne : la justice demande un supplément d'enquête

mardi 7 novembre 2017 à 14:05 - Mis à jour le mardi 7 novembre 2017 à 18:35 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Un gérant de base de loisirs devait être jugé ce mardi 7 novembre à Reims après la mort de deux légionnaires dans la Marne. Les deux légionnaires du 2e régiment étranger d'infanterie de Nîmes avaient péri noyé au barrage de Cumières en mai dernier. La justice demande un supplément d'enquête.

C'est au barrage de Cumières dans la Marne, où la navigation est interdite, que s'est produit l'accident.
C'est au barrage de Cumières dans la Marne, où la navigation est interdite, que s'est produit l'accident. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Le procès n'aura donc pas eu lieu. Le gérant de la base de loisirs "Countryside" de Damery dans la Marne devait être jugé ce mardi 7 novembre devant le tribunal correctionnel de Reims pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui après la mort de deux légionnaires le 19 mai dernier. Les deux militaires du 2e régiment étranger d'infanterie de Nîmes, âgés de 24 et 28 ans, avaient péri noyés au barrage de Cumières dans la Marne, alors qu'ils participaient à un exercice dit "de cohésion" en canoë kayak sur la Marne avec les camarades de leur section. Les juges ont renvoyé le dossier au parquet pour supplément d'enquête, estimant que le dossier ne pouvait pas être jugé en l'état.

Je dis que la question de la responsabilité de l'armée se pose, qu'il y a des éléments qui doivent être éclaircis --Maître Chauveaux, l'avocat de l'épouse d'un des deux légionnaires

Les juges ont ainsi donné raison aux avocats des parties civiles et à l'avocat du loueur de canoës qui estiment que trop de zones d'ombre subsistent. "Il y a ces questions autour des panneaux sur la voie navigable, étaient-ils visibles et qui en a la responsabilité ?... Sur le comportement des légionnaires sur l'eau : est-ce qu'il a été question de concours, de rapidité sur l'eau ?...", s'interroge Maître Henri de Beauregard, l'avocat de l'épouse d'un deux légionnaires morts. Regrettant ainsi qu'il n'y ait pas eu de confrontations pour savoir s'il y a eu ou non le jour du drame, un jeu pour aller jusqu'au barrage. "Je dis que la question de la responsabilité de l'armée se pose...", confirme Maître Chauveaux, également avocat des parties civiles.

Il souligne la volonté de connaître la vérité du côté des parties civiles sans pour autant "remettre en cause l'institution militaire". Car une autre question concerne l'état de santé de l'un des légionnaires qui a péri noyé. "Il a été déclaré inapte pour une durée de 9 mois au mois d'octobre 2016, or les faits sont intervenus au mois de mai donc pendant cette période d'inaptitude...", souligne Maître Chauveaux qui demande une expertise médicale sur ce point.

Le barrage de Cumières est interdit à la baignade et la navigation.  - Radio France
Le barrage de Cumières est interdit à la baignade et la navigation. © Radio France - Sophie Constanzer

Baignade et navigation interdites au niveau du barrage

Une enquête avait été ouverte en mai dernier pour homicide involontaire. Avec cette question : pourquoi les militaires ont-ils pris ce bras de la Marne à contre sens du courant et pourquoi n'ont-ils pas stoppé leurs embarcations bien avant d'arriver au barrage de Cumières, réputé dangereux ? Un barrage où la baignade et la navigation sont interdites. 25 personnes sont parties civiles dans cette affaire, dont le 2e régiment étranger d'infanterie de Nîmes.