Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lejay-Lagoute, le créateur de la crème de cassis, devant la justice pour des irrégularités comptables

mardi 3 juillet 2018 à 16:27 Par Philippe Renaud et Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Lejay-Lagoute, le créateur dijonnais de crème de cassis en 1841, a comparu devant le tribunal correctionnel ce lundi. La société est accusée d'irrégularités comptables par l'administration des Douanes. Le montant s'élève à 1.334.664 euros.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - MOUILLAUD RICHARD

Dijon, France

Le contrôle remonte aux années 2008 à 2011, mais c'est en 2016 que l'affaire a été portée devant la justice. Renvoyée une première fois, l'audience s'est tenue ce lundi 2 juillet devant le tribunal correctionnel de Dijon. 

Selon l'avocat des douanes, la société a péché à plusieurs reprises dans la tenue de sa comptabilité, notamment dans sa comptabilité "matière" et sur les pertes à déclarer. En clair les pertes déclarées ne correspondent pas aux registres, et ce qui manque aurait dû être taxé. 

Dossier très technique

Le montant total des droits fraudés s'élèverait selon les douanes à plus d'un million 334 mille 664 euros. Un montant colossal et aberrant pour l'avocate de Lejay-Lagoute pour qui l'affaire n'aurait jamais dû se retrouver devant le tribunal mais devant le juge des impôts! 

"On n'a jamais caché quoi que ce soit" se défend Olivier Melis, le directeur général de Lejay-Lagoute. A la barre il a regretté qu'aucun inspecteur ne soit venu dans l'usine, pour constater que le processus de fabrication est très long et que c'est seulement à la fin de celui-ci que les pertes sont réellement quantifiées. Son avocate a demandé la nullité de la procédure et la relaxe.

Délibéré le 13 septembre prochain

L'avocat de l'administration des Douanes a demandé au tribunal le paiement des droits fraudés soit 1.334.664 euros, une amende de 15.000 euros pour irrégularités et deux amendes comprises entre 15 et 750 euros.  L'affaire a été mise en délibéré au 13 septembre prochain.