Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les trois militaires français morts en Guyane étaient "des fils de régiment"

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

L'émotion est palpable à Besançon au 19ème Régiment de génie dont étaient originaires les trois soldats français morts en Guyane. Les trois militaires avaient fait toute leur carrière à Besançon. Ils étaient des "fils de régiment" comme le rappelle leur chef de corps le lieutenant colonel Cottin.

le chef de corps Ronan Cottin : "Les camarades sont abattus, les familles sont notre priorité"
le chef de corps Ronan Cottin : "Les camarades sont abattus, les familles sont notre priorité" © Radio France - Marion Streicher

Besançon, France

Les trois militaires français morts en Guyane avaient fait toute leur carrière à Besançon. On les appelle "les fils du régiment" raconte le lieutenant colonel Cottin qui commande le 19e RG de Besançon. Deux des trois logeaient d'ailleurs sur le quartier Joffre, ils étaient célibataires, le troisième marié avait une maison dans l'agglomération bisontine. Tous les trois vivaient à Besançon depuis plus de 10 ans, ils avaient forcément tissé beaucoup de liens avec les franc-comtois qu'ils soient militaires ou civils.

"ils ne connaissaient de l'armée de terre que le 19e RG , c'étaient des fils de régiment"

"Les liens étaient très forts."

Le chef de corps a appris la nouvelle dans la nuit de mercredi à jeudi, c'est lui qui a été chargé d'appeler les familles."Je me sens très proche d'eux, je suis aussi père de famille et je suis aussi époux donc très proche de la situation des parents à qui j'ai du annoncer ce drame" confie le lieutenant colonel Cottin. Assurer le lien avec les familles et avec tous leurs camarades au régiment est une priorité chez les militaires . "Leurs camarades sont abattus car les liens étaient très forts avec ces soldats d'élite" explique le chef de corps.

"On se serre les coudes."

"Dans l'armée on se serre les coudes et je peux vous dire que ça marche très fort" confie le lieutenant colonel Cottin. Du général jusqu'au dernier des soldats de la garnison, le chef du régiment raconte qu'on lui propose des services de toutes sortes pour accompagner les familles endeuillées que ce soit sur le plan intime et sur le plan administratif. "Il ne faut pas les laisser seules ou démunies, c'est notre priorité" rappelle le patron du régiment. 

"entourer les familles, ne pas les laisser seules, c'est l'effort de tout le régiment"

C'est la première fois que le 19e RG de Besançon est touché aussi gravement. Le dernier mort en opération du régiment était tombé en Afghanistan en 2011.

LIRE AUSSI : 

Trois militaires du 19e RG de Besançon meurent en Guyane 

Le portrait des trois militaires du 19e RG de Besançon morts en Guyane

Choix de la station

France Bleu