Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les cinq lycéens nîmois placés en garde à vue sont ressortis libres du commissariat

jeudi 14 juin 2018 à 14:23 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Cinq lycéens, trois garçons et deux filles, ont été libérés ce jeudi après cinq heures de garde à vue dans les locaux de l'hôtel de police de Nîmes. Ils sont soupçonnés d'avoir "envahi" et "dégradé" le lycée Dhuoda le 7 juin.

Des lycéens très entourés lors de leur sortie du commissariat de Nîmes.
Des lycéens très entourés lors de leur sortie du commissariat de Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Les trois garçons et les deux filles des lycées Dhuoda, Philippe Lamour et Daudet, ont été libérés après leur interrogatoire dans les locaux du commissariat de Nîmes ce jeudi. Le parquet doit décider, au vu de leurs déclarations, s'il poursuit ou s'il choisit la procédure de simple rappel à la loi.Ils ont été convoqués puis placés en garde à vue très tôt dans la matinée pour leur rôle supposé dans un incident au cours de manifestations contre Parcoursup.

Intrusion dans un établissement scolaire et violences en réunion

Le 7 juin dernier, les lycéens décident le blocage du lycée Dhuoda. Ils pénètrent dans une salle, avant de la dégrader, selon le proviseur de l'établissement qui a porté plainte. Tous mineurs, on leur reproche une "intrusion dans un établissement scolaire, dégradation et violences en réunion".

Une trentaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat de Nîmes ce jeudi matin. Notamment des militants de la CGT pour protester contre ce placement en garde à vue, qui ressemble, selon le syndicat, à une volonté de "faire un exemple".