Faits divers – Justice

Les administrateurs présumés de la plate-forme Zone Téléchargement interpellés à Toulouse et en Andorre

Par Magalie Lacombe, France Bleu Toulouse et France Bleu mardi 29 novembre 2016 à 12:05 Mis à jour le mardi 29 novembre 2016 à 19:36

La plate-forme Zone Téléchargement est indisponible depuis lundi, 5 personnes gardées à vue à Toulouse.
La plate-forme Zone Téléchargement est indisponible depuis lundi, 5 personnes gardées à vue à Toulouse. - Capture d'écran Zone Téléchargement

L'une des plus importantes plate-formes françaises de téléchargement illégal de films, séries et jeux vidéo, le 11ème site le plus consulté au Monde, "Zone Téléchargement" vient d'être fermée et ses deux administrateurs présumés arrêtés à Toulouse et en Andorre.

Quatre personnes étaient toujours en garde à vue, ce mardi soir, dans les locaux de la section de recherche de la gendarmerie de Toulouse, et une en Andorre. Deux de ces jeunes gens de moins de 30 ans sont soupçonnés d'être les administrateurs du site Zone Téléchargement, l'un des plus importants portails français de téléchargement illégal. La plate-forme a d'abord été mise hors ligne avant d'être à nouveau accessible et vidée de son contenu puis totalement fermée.

Les deux administrateurs présumés originaires de la région toulousaine

Le parquet affirme que ces 5 personnes viennent de région toulousaine avant de s'être installées en Andorre. Un mandat d'arrêt international avait été lancé et les enquêteurs français ont pu bénéficier de la collaboration des Allemands et des Islandais où les contenus et la vitrine du site étaient hébergés.

Zone téléchargement disposait de 2,5 millions de liens vers des jeux vidéo, de la musique et des films. Ses administrateurs ont réalisé un énorme profit grâce aux 11.000 téléchargements quotidiens à travers le Monde. Les gendarmes ont saisi 2 jaguars, au moins un appartement luxueux en Andorre et plusieurs comptes en banque.

Le parquet de Toulouse doit faire une communication supplémentaire, sur cette enquête, ce mercredi.

75 millions € de manque à gagner pour les ayant-droits

C'est une enquête menée conjointement entre la Gendarmerie nationale française et la police d'Andorre, après des plaintes déposées par l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) et la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique (SACEM).

Les enquêteurs estiment à 75 millions d'euros le manque à gagner pour les ayant-droits. La police andorrane n'excluait pas d'autres interpellations, dans un communiqué publié, ce mardi.

► A lire également : Trois questions sur la fermeture du site Zone Téléchargement

Partager sur :