Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les agents de Nantes Métropole "se font régulièrement agresser" selon la CGT

-
Par , France Bleu Loire Océan

L'agression de deux agents de Nantes Métropole, samedi soir dans le quartier du Clos Toreau, n'est pas un cas isolé, affirme la CGT. Sur le terrain, les personnels sont régulièrement victimes d'insultes ou de menaces. Pour résoudre le problème, une élue met en avant le dialogue dans les quartiers.

Il n'est pas rare que les agents de surveillance de la voie publique ou des techniciens soient victimes d'insultes dans la métropole nantaise, selon la CGT. Image d'illustration.
Il n'est pas rare que les agents de surveillance de la voie publique ou des techniciens soient victimes d'insultes dans la métropole nantaise, selon la CGT. Image d'illustration. © Maxppp - Christelle Besseyre

Nantes, France

La nuit était tombée depuis plusieurs heures, ce samedi, lorsque deux agents de Nantes Métropole qui intervenaient pour remettre en service deux lampadaires défectueux, se sont fait agresser par une dizaine de personnes, dans le quartier du Clos Toreau. Les pneus d'un des deux véhicules ont été crevés. Ce lundi, la métropole nantaise annonce qu'elle va porter plainte tout comme un des deux agents sur le terrain, ce soir-là. Et selon la CGT, ces actes seraient devenus monnaie courante ces dernières années. 

"Les insultes, les agressions sont régulières"

Les employés agressés ne se sont pas mis en arrêt maladie et les lampadaires ont finalement été réparés, ce lundi, par d'autres agents mais l'histoire ne devrait pas en rester là. Le syndicat majoritaire à Nantes Métropole va demander l'ouverture d'une enquête auprès du CHSCT (le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) et une seconde enquête devrait être menée en interne pour comprendre ce qu'il s'est passé, ce samedi soir. Mais ça ne résoudra pas tout, regrette la CGT. 

Sans fournir de chiffres précis, le syndicat indique que les agressions en tout genre ne régressent pas. Au contraire. "Les insultes, les agressions sont régulières, confie Jean-Philippe Mazan. Il y a des ASVP (agents de surveillance de la voie publique) _ou des gens qui travaillent sur la chaussée qui sont agressés par des automobilistes [...] Dans les quartiers un peu plus sensibles, il y a plein de petites choses et puis je dirais qu'en tant que fonctionnaires, on représente sans doute un petit peu l'Etat_. On a des véhicules qui ressemblent à ceux de la police avec des gyrophares et parfois ça entraine des altercations."

Quelles sont les solutions pour endiguer ce phénomène ? 

A Nantes Métropole, les fonctionnaires sont formés "pour savoir comment réagir face à des individus violents". "Le soir par exemple, on ne sort pas seul, ajoute le syndicaliste. On est toujours au moins deux". Ils ont également la possibilité de consulter une cellule psychologique en cas d'agression et de remplir "une fiche agression". "Si on pressent un danger potentiel trop fort ou si on ne se sent pas assez outillé pour affronter ce danger on peut se mettre en retrait", explique Elisabeth Lefranc, la vice-présidente de la métropole chargée du personnel et des ressources humaines.

D'après l'élue qui confirme le nombre important d'incivilités et d'agressions, une des solutions pour faire reculer ces dernières serait de dialoguer avec les habitants des quartiers pour expliquer le rôle des agents sur le terrain. "Il faut travailler à sécuriser et à pacifier l'intervention des agents quitte à expliquer en quoi leurs interventions sont nécessaires pour la vie quotidienne du quartier." Pour l'heure, aucune autre solution n'est envisagée par Nantes Métropole.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu