Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les agents pénitentiaires de Sequedin disent perdre le contrôle au quartier de semi-liberté d'Haubourdin

mercredi 18 avril 2018 à 21:15 Par Winny Claret, France Bleu Nord et France Bleu

Au centre pénitentiaire de Lille Loos Sequedin, l'Ufap Unsa Justice, syndicat majoritaire, tape du poing sur la table. Il dénonce des débordements réguliers de détenus d'Haubourdin et demandent une plus grande fermeté de la justice.

La grogne monte à la prison de Lille Loos Sequedin après des débordements de détenus au quartier de semi-liberté
La grogne monte à la prison de Lille Loos Sequedin après des débordements de détenus au quartier de semi-liberté © Maxppp - DELPHINE GOLDSZTEJN

Haubourdin, France

Des détenus qui rentrent avec plusieurs heures de retard, parfois même alcoolisés ou avec des stupéfiants sur eux... Ce sont des choses qui arrivent de plus en plus souvent, ici.

Benoît Normand, le secrétaire local Ufap Unsa Justice, est excédé. Selon lui, des rapports sont faits par les agents pénitentiaires mais aucun détenu n'aurait été sanctionné. Le syndicaliste témoigne d'un sentiment de ras-le-bol qui monte parmi ses collègues.

On a l'impression de ne plus avoir le contrôle. Ca en devient dangereux pour les agents, parce que gérer une personne alcoolisée, ce n'est pas aisé. 

Les conditions de travail des agents pénitentiaires se dégradent depuis plusieurs mois, selon l'Ufap Unsa, qui déplore le maintien en semi-liberté de certains détenus.

La justice devrait suspendre ou retirer la semi-liberté aux détenus qui ne respectent pas les règles. Ils ont la chance de pouvoir mener leur projet de réinsertion, ce qui leur permet de passer la journée à l'extérieur, de travailler, de se former, de voir leurs proches. Mais il ne faut pas oublier qu'ils purgent une peine.

Benoît Normand, secrétaire local Ufap Unsa Justice, demande une plus grande fermeté de la justice  - Aucun(e)
Benoît Normand, secrétaire local Ufap Unsa Justice, demande une plus grande fermeté de la justice

Le syndicaliste l'assure, la direction pénitentiaire et la justice ne réagit pas face à une situation qui "pourrit". Alors le doute émerge dans les rangs des agents pénitentiaires. 

Est-ce qu'ils ne laissent pas ces détenus en semi-liberté parce que ça fait des places en moins à trouver en maison d'arrêt? C'est en tout cas la question que l'on se pose à force de voir que rien ne bouge.

Les agents pénitentiaires demandent à ce que la justice ordonne le retour en maison d'arrêt de certains détenus et appellent la direction du centre pénitentiaire à organiser une fouille générale du quartier d'Haubourdin. 

Ils réclament aussi un contrôle plus strict des détenus lorsqu'ils sont dehors. En guise de réponse, le ministère de la justice souligne que le principe de la semi-liberté, c'est justement de donner plus d'autonomie et de responsabilités aux personnes incarcérées pour leur permettre de mieux se réinsérer.

La direction du centre pénitentiaire n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.