Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agresseurs des policiers en prison en attendant leur procès à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Dans la nuit de samedi à dimanche, six policiers ont été blessés lors d'un contrôle routier à Béziers. Les agresseurs ont été placés en détention provisoire en attendant leur procès en septembre.

Les quatre hommes ont été incarcérés à la prison de Béziers (illustration)
Les quatre hommes ont été incarcérés à la prison de Béziers (illustration) © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Les quatre hommes interpellés après l'agression de policiers à Béziers ce week-end ont été mis en examen pour violences aggravées, rebellions et outrages et placés en détention provisoire en attendant leur procès.

Dans la nuit de samedi à dimanche, lors d'un contrôle routier route de Bédarieux à Béziers, les policiers constatent qu'aucun des quatre hommes présents dans la voiture n'est en état de conduire, ils étaient tous manifestement ivres. Les quatre hommes âgés de 28 et 30 n'ont pas du tout apprécié, ils ont insultés et frappé les six policiers.

Tous sont connus de la justice pour des usages de stupéfiants et le conducteur est en récidive légale de conduite en état d'ivresse. Aucun d'entre eux n'avait été jusqu'à présent poursuivi pour des violences.

Un des policiers blessé souffre de trois fractures au visage

Le policier le plus gravement blessé souffre de trois fractures au visage dont une au nez, avec une incapacité totale de travail (ITT) de 12 jours et nécessitant une intervention chirurgicale. Un deuxième policier, qui avait perdu connaissance, s'est vu attribuer 2 jours d'ITT. Les quatre autres policiers n'ont pas d'ITT.

Ayant demandé un délai pour préparer leur défense, le tribunal correctionnel a ordonné lundi soir le placement en détention provisoire des quatre hommes jusqu'à leur procès qui se tiendra le 16 septembre 2020.

La peine maximale encourue pour des violences commises sur des policiers dans l'exercice de leurs fonctions, en état d'ivresse et en réunion, entraînant une ITT de plus de huit jours, est notamment de 10 ans d'emprisonnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess