Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les anciens dirigeants de Thomé-Génot dans les Ardennes condamnés à 4 ans de prison ferme

vendredi 10 novembre 2017 à 11:16 - Mis à jour le vendredi 10 novembre 2017 à 17:30 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Les deux ex-dirigeants américains de Thomé-Génot ont été condamnés ce vendredi à Reims à 4 ans de prison ferme. Ils ont été reconnus coupables d'abus de biens sociaux lorsqu'ils étaient à la tête de l'usine de Nouzonville dans les Ardennes. Une condamnation 'exceptionnelle".

L'usine Thomé-Génot a définitivement fermé ses portes en octobre 2006.
L'usine Thomé-Génot a définitivement fermé ses portes en octobre 2006. © Radio France - Alexandre Blanc

Reims, France

Plus de 10 ans après la fermeture d'un des fleurons industriels des Ardennes, les deux anciens dirigeants américains de Thomé-Génot ont été condamnés ce vendredi 10 novembre à 4 ans de prison ferme et 200 000 euros d'amende chacun pour abus de biens sociaux entre 2004 et 2006, lorsqu'ils étaient à la tête de l'usine de Nouzonville. Gregory Willis et Catherine Felch avaient racheté l'équipementier automobile en 2004, et les ateliers Thomé-Génot avaient été liquidés moins de deux ans plus tard en octobre 2006, laissant plus de 300 salariés sur le carreau. Une véritable catastrophe industrielle pour le département des Ardennes.

On est face à quelque chose d'exceptionnel, et donc on a une condamnation exceptionnelle -- Maître Xavier Médeau, avocat des anciens de Thomé-Génot

Dans son jugement, "le tribunal remarque la grande lâcheté de Gregory Willis et Catherine Felch qui ont fui leurs responsabilités dès le commencement de la procédure de liquidation judiciaire en s'échappant vers les Etats-Unis...". Les anciens dirigeants avaient en effet déjà quitté les Ardennes direction les Etats-Unis quand la cessation de paiement de l'usine a été signée en octobre 2016. "Quand le tribunal correctionnel de Reims parle de lâcheté ça illustre parfaitement ce qui s'est passé avec une usine qui était laissée à l'abandon par ses propriétaires, les salariés laissés à leur triste sort... ici on est face à quelque chose d'exceptionnel et donc on a une condamnation exceptionnelle...", souligne satisfait Maître Xavier Médeau, l'avocat des anciens salariés de Thomé-Génot.

Les anciens patrons américains toujours visés par un mandat d'arrêt international

Les deux anciens patrons n'ont jamais répondu à la justice française. Gregory Willis et Catherine Felch étaient absents à leur procès en octobre dernier (le procureur de la République avait requis 5 ans de prison ferme) devant le tribunal correctionnel de Reims, et font toujours l'objet d'un mandat d'arrêt international depuis 2008. Se pose ainsi la question de l'application de cette peine : sera-t-elle un jour exécutée ? Les deux ex patrons en fuite aux Etats-Unis peuvent faire appel de cette condamnation via leurs avocats. Et ensuite, Maître Xavier Médeau se montre confiant : "c'est le début d'un processus qui permettra à mon sens de mettre à exécution la peine parce que de mon côté je sais que nous avons des garanties des autorités judiciaires françaises mais aussi américaines...".

Condamnation à verser près de 2 millions 700 000 euros d'indemnités au liquidateur

Les deux anciens dirigeants de Thomé-Génot ont également été condamnés ce vendredi à verser des indemnités au liquidateur judiciaire : 1 million 700 000 euros correspondant aux prestations et détournements reprochés et 1 million d'euros pour la vente d'un immeuble parisien qui n'a pas bénéficié aux ateliers Thomé-Génot. Les ex-patrons sont en revanche relaxés pour l'accusation de banqueroute car s'il existe selon le tribunal "des indices permettant de penser à l'existence d'une revente à perte décidée par les dirigeants", les éléments sont "insuffisants pour caractériser l'infraction de banqueroute".