Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moselle : audience hors-norme pour 755 anciens mineurs de charbon, qui se battent pour leur préjudice d'anxiété

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu
Moselle, France

La Cour d'appel de Metz examine, ce vendredi, les dossiers de 755 anciens mineurs de charbon de Moselle, qui estiment avoir été exposés à des produits dangereux durant leur travail. Ils réclament la reconnaissance de leur préjudice d'anxiété.

Près de 800 anciens mineurs assistaient à la première audience à Forbach, en juin 2016
Près de 800 anciens mineurs assistaient à la première audience à Forbach, en juin 2016 © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

C'est une nouvelle audience hors-norme qui s'ouvre ce vendredi devant la chambre sociale de la Cour d'appel de Metz : celle de 755 anciens mineurs de charbon de Moselle, qui se battent depuis plusieurs années pour la reconnaisance de leur préjudice d'anxiété. En raison du nombre important de plaignants, les débats sont délocalisés dans un amphithéâtre de la Faculté de droit de Metz. Dans la pratique, 400 anciennes gueules noires sont convoquées à partir de 9h30, et 355 à partir de 14h30.

Un préjudice reconnu en première instance, mais des indemnités insuffisantes

La CFDT, qui défend la grande majorité plaignants, les a incité à tous venir suivre les débats, comme cela avait été le cas en juin 2016, en première instance, devant le Conseil des Prud'hommes de Forbach, dont l'audience avait dû se tenir dans une salle de l'Hôtel de Ville. La juridiction avait alors estimé que les mines de charbon de Lorraine avaient bien commis une faute en exposant, sans les protections nécessaires, ces centaines de mineurs à des produits dangereux. Charbonnages de France avait été condamné à verser à chacun 1.000 euros.

Mais pour la CFDT, la justice n'est pas allé assez loin sur le montant des indemnités, et sur la liste ensuite des produits cancérogènes qu'ont eu à manipuler ou à respirer les mineurs. Selon le syndicat, depuis le début de la procédure il y a quatre ans, au moins 25 sont décédés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess