Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les anti-nucléaires lancent une nouvelle procédure judiciaire contre l'EPR de Flamanville

mercredi 28 novembre 2018 à 18:26 Par Frédérick Thiébot, France Bleu Cotentin et France Bleu

Quatre associations anti-nucléaires viennent de déposer un nouveau recours au Conseil d'Etat. Le Crilan, Greenpace, Sortir du Nucléaire et Stop-EPR ni à Penly ni ailleurs demandent l'annulation de l'autorisation de mise en service de la cuve de l'EPR de Flamanville

Maire Frachisse du RSDN, André Jacques du Crilan et Laura Monnier de Greenpeace
Maire Frachisse du RSDN, André Jacques du Crilan et Laura Monnier de Greenpeace © Radio France - Frédérick Thiébot

Flamanville, France

L'autorisation de mise en service de la cuve de l'EPR de Flamanville avait été accordée par l'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire, le 9 octobre dernier. Et c'est cette autorisation que les associations entendent faire annuler devant la justice.

C'est le 7ème recours déposé par toutes ou partie de ces associations depuis octobre 2014 pour empêcher la mise en service du réacteur nucléaire de nouvelle génération. 

Trois recours ont déjà été rejetés par la justice mais les autres sont toujours en cours d'instruction

Les anti-nucléaires du Crilan, de Greenpeace France, du réseau Sortir du Nucléaire et de l'association Stop-EPR ni à Penly ni ailleurs, espèrent une audience d'ici la fin de cette année sur leur demande d'annulation de la prorogation du décret d'autorisation de création de cet EPR. Les associations rappellent qu'EDF avait 10 ans pour construire et mettre en service son réacteur à partir d'avril 2007. Le gouvernement a validé une prorogation de trois années supplémentaires jusqu'en avril 2020. Pour les anti-nucléaires, cette décision n'est pas légale. Il aurait fallu refaire une enquête publique. 

La cuve de l'EPR de Flamanville lors de sa pose en 2014 - Maxppp
La cuve de l'EPR de Flamanville lors de sa pose en 2014 © Maxppp - Gilles Collas

Si les associations obtiennent gain de cause, cela pourrait donc stopper le chantier en attendant une nouvelle enquête publique.    

Par ailleurs, le Crilan s'inquiète d'une carte de gendarmerie qui apparaît dans la consultation publique sur le futur PPI, plan particulier d'intervention, de la centrale nucléaire de Flamanville. On y voit un trait bleu qui traverse le Cotentin de Carentan au Havre de Saint-Germain-sur-Ay. Il s'agit d'une ligne dite "d'arrêt hermétique". L'association anti-nucléaire voudrait savoir à quoi cela correspond et se demande s'il s'agit d'une frontière destinée à isoler la population de la presqu'île du Cotentin en cas d'accident nucléaire. 

La consultation publique sur le PPI de Flamanville a débuté le 26 novembre et va se poursuivre dans les mairies et sous-préfecture jusqu'au 21 décembre.