Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les arrêtés anti-pesticides de Mandeure et de Devecey suspendus par la justice

Le tribunal administratif de Besançon a suspendu ce mercredi l'arrêté anti-pesticides de la commune de Mandeure, et de Devecey dans le Doubs. Les magistrats auront ensuite à se prononcer sur le fond des deux affaires dans un délai de deux mois.

L'arrêté de Mandeure interdisait l'utilisation des pesticides dans un rayon de 150 mètres autour des maisons
L'arrêté de Mandeure interdisait l'utilisation des pesticides dans un rayon de 150 mètres autour des maisons © Maxppp - jean pierre nguyen van hai-barbier/MAXPPP

"Il est hors de question que j'abandonne en cours de route. Je suis un peu pitbull, quand j'ai mon os je le tiens" réagit le maire de Mandeure après l'annonce du tribunal administratif de Besançon. Sans surprise, la justice suspend en effet ce mercredi l'arrêté anti-pesticides pris par Jean-Pierre Hoquet. L'élu avait interdit l'épandage de pesticides dans un rayon de 150 mètres autour des habitations de la commune, mais la préfecture du Doubs a saisi la justice. L'arrêté de Devecey est également suspendu, en attendant d'être jugé sur le fond, d'ici deux mois.

Le maire de Mandeure se dit déterminé 

"C'est mon combat, mais c'est aussi celui d'autres maires" poursuit le maire de Mandeure estimant que "ce n'est pas un combat contre tel ou tel, ou contre les agriculteurs, mais c'est un combat pour l'environnement. On sait que ces produits là sont dangereux.  Il ne faut pas se décourager. On savait très bien qu'on allait au casse-pipes mais ce n'est pas une raison pour s'arrêter. Il y a une dynamique qui a été lancée par des élus, je les ai suivi, d'autres nous suivent encore, donc il faut continuer à alimenter cette dynamique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess