Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Les auteurs des lettres "piégées" aux lames de rasoir adressées au milieu taurin identifiés

mercredi 14 mars 2018 à 21:12 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Hérault et France Bleu Occitanie

Deux quadragénaires de l’Hérault et du Tarn-et-Garonne placés sous contrôle judiciaire ce mercredi à l'issue de leur déferrement devant la justice. On leur reproche d'être à l'origine de l'envoi de lettres piégées avec des lames de rasoirs ou de cutters adressées à des personnalités du monde taurin.

Stanilsas Vallat, procureur-adjoint et le chef d'escadron Frédéric Robert.
Stanilsas Vallat, procureur-adjoint et le chef d'escadron Frédéric Robert. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Les deux "militants", un homme et une femme, justifient leur geste parce qu'il ne supportent pas la souffrance animale. Deux quadragènaires de l’Hérault et du Tarn-et-Garonne placés sous contrôle judiciaire strict ce mercredi soir, après leur déferrement devant la justice à Nîmes. On leur reproche d'être à l'origine de l'envoi d'une quarantaine de lettres piégées, avec des lames de rasoirs ou de cutters, et envoyées à des personnalités du milieu taurin . 

Ils sont proches de la mouvance anti-taurine et revendiquent leur acte sans aucun état d'âme

Des lettres à l’intérieur desquelles les deux militants ont placé des lames de rasoir ou de cutter. Sans être adhérents d'une organisation anti taurine, le duo, sans emploi et en arrêt de maladie, était de toutes les manifestations de protestation. La brigade de recherche de Nîmes, appuyée par la police technique et scientifique, remonte jusqu'à eux  en identifiant le photographe d'une carte postale envoyée avec une quarantaine d'autres en février 2017. 

L'ADN a matché, il a été prélevé sur une carte postale évoquant un taureau de Camargue

Une carte tirée à peu d'exemplaires. Elle a été achetée dans un bureau de tabac de Palavas-les-Flots. Bingo, l'homme habite dans le secteur. 1ère garde à vue en décembre pour lui et l'autre militante et prélèvements. Les ADN matchent nouvelle garde à vue ce mercredi matin et déferrement.

Récit de Ludovic Labastrou

Des lettres clairement faites pour blesser parce qu’ils ne supportent pas la souffrance animale

Les deux militants revendiquent leur acte parce qu'il ne supportent pas la souffrance animale. Ils répondront en juin de violence aggravée, blessures volontaires avec préméditation et en réunion. Ils encourent jusqu'à 10 ans.

Stanislas Vallat, procureur-adjoint auprès du TGI de Nîmes.