Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les auteurs présumés du feu de voitures de la rue Lavaud à la Souterraine devant la justice

-
Par , France Bleu Creuse

6 jeunes habitants de la Souterraine ont été arrêtés et déférés au parquet pour le feu de voitures dans la nuit de mercredi 3 juillet au jeudi 4, mais aussi pour des faits de violence.

Le tribunal de Guéret
Le tribunal de Guéret © Alexandre Chassignon - Radio France

La Souterraine, France

Ce sont 6 jeunes, entre 15 et 25 ans, qui appartiennent à la même famille et qui sont plus ou moins connus de la justice. Pendant la soirée mousse du mercredi 3 à la Souterraine, leur chemin a croisé celui de 3 autres jeunes. Ça s'est mal terminé : l'une des victimes a eu le nez cassé et 10 jours d'ITT,  l'autre 5 jours d'ITT, la dernière victime ne s'est jamais manifestée.

La bagarre n'a pas suffi à deux membres du groupe, qui ont aussi brûlé une voiture dans la même nuit, apparemment sans raison.  La porte était ouverte : ils ont mis le feu avec un briquet et les flammes se sont propagées à un autre véhicule.

Des mesures d'éloignement de la Souterraine

Les 6 suspects ont été reconnus par les victimes et par des témoins. Les 3 majeurs du groupe seront jugés en octobre, en attendant, ils sont sous contrôle judiciaire et n'ont pas le droit de revenir à la Souterraine, voir même dans la Creuse pour deux d'entre eux.  Les deux mineurs sont placés en famille d'accueil à Limoges et à Poitiers.  Le plus jeune, 15 ans, est en liberté surveillée.

Ils sont mis en examen, selon leurs implications, pour violence et destruction