Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Faits divers – Justice

Les autorités cherchent à en savoir plus sur l'identité des 6 migrants découverts dans un camion vendredi dans le Tarn

dimanche 7 octobre 2018 à 19:19 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Les six migrants interpellés vendredi près de Mazamet dans le Tarn ont été transférés au centre de rétention administrative de Cornebarrieu près de Toulouse. Les autorités cherchent à vérifier leur identité.

La plupart des migrants arrêtés souhaitaient rejoindre l'Espagne.
La plupart des migrants arrêtés souhaitaient rejoindre l'Espagne. © Maxppp - STEPHANIE FORESTIER/Maxppp

Saint-Amans-Soult, France

On en sait un peu plus après la découverte de six migrants dans la remorque d'un camion vendredi après-midi dans le Tarn à Saint-Amans-Soult. 

Les six hommes seraient tous d'origine africaine. Ils déclarent venir du Mali, du Sénégal, de Gambie, d’Érythrée et de Guinée-Bissau. Ils reconnaissent être montés dans le camion à Vintimille, ville italienne frontalière avec la France. La plupart d'entre-eux souhaitaient rejoindre l’Espagne. D'ailleurs c'est eux-mêmes qui se seraient manifestés au chauffeur. Ils s'inquiétaient de la route qu'ils prenaient. 

"Ces personnes n'étaient pas connues de nos fichiers"

Mais à part ces informations, les autorités restent dans le flou. "Nous avons consulté nos fichiers. En l’occurrence, ces personnes n'étaient pas connues, explique Michel Laborie, secrétaire général de la préfecture du Tarn. Ils n'avaient pas de documentation qui établissait leur régularité au séjour sur le sol français." 

Vérifier leur identité

Les autorités profitent de leur placement au centre de rétention administrative de Cornebarrieu pour vérifier leur pays d'origine.

Une fois cette étape franchie, l'Etat va "prendre contact avec les autorités consulaires de leur pays, explique Michel Laborie, pour pouvoir ainsi les reconduire dans leur pays d'origine."