Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les autorités répondent aux commerçants du centre-ville du Mans :  « la délinquance a baissé de 60% »

jeudi 6 septembre 2018 à 12:47 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

S'il y a bien eu davantage d'attroupements cet été, la délinquance n'a pas augmenté place de la République, expliquent le préfet, les élus, le Procureur et le commissaire de police. Les autorités, qui assurent comprendre "l’exaspération" invitent à bien distinguer "le ressenti et le réel"

Le préfet, le Procureur, le commissaire de police, le maire du Mans et son adjoint à la sécurité ont participé à une conférence de presse
Le préfet, le Procureur, le commissaire de police, le maire du Mans et son adjoint à la sécurité ont participé à une conférence de presse © Radio France - Bertrand Hochet

« Le Mans n’est pas la capitale de la délinquance », lâche le préfet de la Sarthe, manifestement très agacé par le courrier des commerçants et son relais par la presse. « Les chiffres sont les chiffres », assène Nicolas Quillet : « la délinquance dans l'agglomération du Mans a baissé de 60 % entre le mois d'août 2017 et le mois d'août 2018 ». Le préfet invite à « bien faire la distinction entre la délinquance - qui appelle éventuellement une réponse pénale - et des actes d'incivilité ou réputés d'incivilité ou interprétés comme de l’incivilité ». 

« L’été a été plutôt calme » : Emmanuel Morin, commissaire de police

Dans un souci de « dresser un constat objectif », le directeur départemental de la sécurité publique apporte des précisions sur le travail de ses services pendant l’été : « on a été appelés pour quelques rixes, quelques vols mais en nombre extrêmement limité. On a aussi été appelés pour des gens qui jouaient du tam-tam place de République, qui jouaient au foot ou qui restaient à des terrasses ». Emmanuel Morin explique : « ce ne sont pas des faits pénalement qualifiables. Par rapport à l’année dernière, l’été a été plutôt calme ». Le commissaire dit toutefois comprendre que « cela puisse exaspérer les habitants ». 

« Je ne cèderai pas à l’hystérisation du débat » : Stéphane Le Foll, maire du Mans

Face à ce constat, les autorités n’annoncent pas de nouvelles mesures : « je ne cèderai pas à la surenchère ni à l’hystérisation du débat », martèle Stéphane Le Foll, maire du Mans qui a reçu mardi les commerçants en colère. La municipalité rappelle que des ajustements, déjà votés, seront prochainement mis en place : « deux policiers municipaux supplémentaires par an jusqu’à la fin du mandant », c’est-à-dire 2020 (ils sont 24 actuellement), « davantage de caméras de vidéoprotection et une expérimentation de visionnage en direct des images les jeudi, vendredi et samedi soir ». 

>> A LIRE | Insécurité : les commerçants de la place de la République interpellent le maire du Mans 

Les autorités profitent de cette mise au point pour saluer la coopération entre la police municipale et la police nationale, « meilleure que dans d'autres villes », d'après le préfet.  Le représentant de l'Etat en Sarthe, le Procureur de la République, le maire du Mans ou son adjoint et le directeur de la sécurité publique continueront à se réunir tous les deux mois pour faire le point sur la délinquance. « Nous sommes parfaitement conscients que nous devons nous améliorer. Donc on va s’améliorer », assure le maire du Mans, Stéphane Le Foll.