Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les avocats de Châlons-en-Champagne en grève contre la réforme de la justice : "Il n'est pas trop tard"

lundi 16 avril 2018 à 10:10 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis plusieurs semaines, les avocats mènent une grève perlée contre la réforme de la justice. Ce lundi ce sont les avocats du barreau de Châlons-en-Champagne qui sont appelés à cesser le travail.

La grève des avocats provoque la colère du président du tribunal de Nice
La grève des avocats provoque la colère du président du tribunal de Nice © Radio France - Inconnu

Châlons-en-Champagne, France

Deux jours la semaine dernière, deux jours cette semaine (16 et 17 avril) et deux jours la semaine prochaine (26 et 27 avril). Comme les cheminots, les avocats ont choisi la méthode de la grève perlée pour protester contre la réforme de la justice prévue par le gouvernement. Des journées de grève pendant lesquelles ils n'assistent pas les gardés à vue, sèchent les comparutions immédiates et les audiences qui sont renvoyées, y compris pour les prud'hommes ou le tribunal de commerce.

"Ce projet est un cataclysme"

"Le gouvernement ne prend pas en considération les gens de terrain", assène Maître Simon Couvreur, bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Châlons-en-Champagne, "Cette réforme a été faite sans aucune concertation, ce qui crée de vraies difficultés". Pourtant le 9 mars dernier, à Reims, les avocats ont pu rencontrer le Premier Ministre Edouard Philippe et la Ministre de la justice Nicole Belloubet, venus présenter leur réforme. "Seuls quelques points ont été mis en avant par le Premier ministre et la garde des sceaux, mais le projet ne nous a été transmis que dans la soirée et là on s'est rendu compte que c'était _un cataclysme_", précise Simon Couvreur, "L'avocat ne fait pratiquement plus partie du processus de la justice et on éloigne le justiciable de l'accès aux juges".

Simon Couvreur, bâtonnier du barreau de Châlons-en-Champagne, invité de 7h45

Le projet de réforme prévoit notamment le regroupement des tribunaux d'instance avec les tribunaux de grande instance, mais il laisse également plus de places à la médiation privée ou même à internet pour des affaires jusque-là traitées par des juges. Et même si ce projet doit être présenté ce mercredi en conseil des ministres, Maître Simon Couvreur estime qu'il n'est pas trop tard pour les avocats agissent : "Il n'est jamais trop tard tant que la loi n'est pas promulguée. On a déjà obtenu un premier recul de la garde des sceaux qui nous a promis un calendrier pour amender cette proposition de réforme".

Le bâtonnier du barreau de Châlons-en-Champagne estime par ailleurs que la justice manque de moyens humains et financiers et ce n'est pas le milliard d'euros supplémentaire promis par le gouvernement pour les cinq années à venir qui le rassure : "C'est un effet d'annonce puisque dans le budget de la justice il y a aussi les prisons. Aujourd'hui il manque par exemple quatre magistrats à Châlons et ils ne seront pas remplacés avant septembre 2018".

La semaine dernière la mobilisation à Paris avait rassemblé la moitié des avocats du barreau de Charleville-Mézières (35 sur 70), mais aussi une vingtaine de robes noires châlonnaises et une quinzaine venues de Reims.