Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : les avocats de Murielle Bolle déposent une demande de remise en liberté

Par Mohand Chibani, France Bleu Bourgogne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu lundi 17 juillet 2017 à 6:00

Murielle Bolle supporte mal sa détention
Murielle Bolle supporte mal sa détention © Maxppp - Maxppp

Après un peu moins de trois semaines de détention, Murielle Bolle fait une nouvelle demande de remise en liberté dans l'affaire du petit Grégory ce lundi. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon dispose de vingt jours pour l’examiner.

Murielle Bolle a été mise en examen pour enlèvement de mineur, suivi de mort et placée en détention provisoire le 29 juin dernier, dans le cadre de l'affaire Grégory qui ressurgit, plus de 30 ans après. Mais ses avocats préviennent : à 48 ans, Murielle Bolle supporte mal sa détention dans cette prison de Dijon où elle est la « cible d’insultes et de menaces de morts » de la part des autres détenues de la prison. Elle avait d'ailleurs entamé une grève de la faim pour dénoncer ses conditions de détention. Elle a donc été transférée dans une autre cellule, disposant du confort sanitaire nécessaire pour éviter les échanges avec les autres détenues de la prison.

Une confrontation clé le 28 juillet

Sa demande de remise en liberté risque toutefois de ne pas être examinée dans l'immédiat. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon dispose en effet de 20 jours pour rendre sa décision mais sans doute, les juges attendront d'abord la confrontation qui doit avoir lieu le 28 juillet prochain avec ce cousin qui met en cause Muriel Bolle et sa famille. Ce dernier affirme en effet qu'il a assisté à une scène durant laquelle l'adolescente a été malmenée par sa famille pour qu'elle revienne sur ses déclarations aux gendarmes. Ce cousin dit aussi que Murielle lui a avoué qu'elle était aux côtés de Bernard Laroche au moment de l'enlèvement du petit Grégory.

Jean-Paul Teissonnière, l'avocat de Murielle Bolle - Maxppp
Jean-Paul Teissonnière, l'avocat de Murielle Bolle © Maxppp - Maxppp

Jusque-là, Murielle reste sur sa dernière version : en novembre 1984, après avoir dénoncé Bernard Laroche, elle est revenue sur ses accusations. Elle souhaite déposer plainte contre ce témoin de dernière minute qu’elle dit ne pas connaître. La mort du juge Lambert (ses obsèques auront lieu jeudi 20 juillet au Mans) la semaine dernière, provoquera-t-elle de nouveaux rebondissements ? Ce ne sera ni le premier, ni le dernier depuis le déclenchement de cette affaire il y a 32 ans.

  - Visactu
© Visactu