Faits divers – Justice

Les avocats du barreau de Châteauroux continuent leur mouvement de grève

Par Jérôme Collin, France Bleu Berry mercredi 21 octobre 2015 à 22:08

Les avocats ont bâti un "mur de la honte" avec leurs codes juridiques
Les avocats ont bâti un "mur de la honte" avec leurs codes juridiques © Radio France - Jérôme Collin

Les avocats manifestaient mercredi devant le tribunal correctionnel de Châteauroux pour protester contre la réforme de l'aide juridictionnelle. Malgré les concessions de la ministre de la Justice Christiane Taubira, ils continuent leur mouvement de grève jusqu'au lundi 26 octobre.

Une trentaine d'avocats du barreau de Châteauroux ont érigé un "mur de la honte" avec leurs codes juridiques sur les marches du tribunal correctionnel. Depuis mardi 20 octobre, ils sont en grève générale. Mouvement reconduit jusqu'au lundi 26 octobre, date à laquelle les avocats se réuniront pour faire le point sur la situation. D'ici là, toutes les audiences sont reportées.

Les avocats castelroussins ont été à moitié convaincus par les annonces de Christiane Taubira, qui recevait ce mercredi midi les représentants nationaux des avocats. La Garde des Sceaux a déclaré que l’État ne prélèverait finalement pas 15 millions d'euros sur les Caisses des règlements pécuniaires des avocats, où transitent les revenus des "robes noires". Un soulagement pour Daniel Guiet, le bâtonnier. "C'était un non-sens total et également une mesure anti-constitutionnelle. On prélevait un impôt uniquement sur les avocats, alors que l'impôt doit être universel."

Il y a des cabinets qui sont en grande difficulté. Certains licencient. Alors, si on nous baisse notre rémunération, ça va devenir impossible de faire notre travail." Sébastien Robin, avocat au barreau de Châteauroux

Malgré tout, les avocats demandent plus au gouvernement. Ils ne veulent pas entendre parler de la baisse de la rémunération des avocats quand ils défendent une personne bénéficiant de l'aide juridictionnelle. "Cela concerne 40 % de nos dossiers, explique Sébastien Robin, avocat au barreau de Châteauroux. Si on nous baisse notre rémunération, ça ne permettra plus de couvrir nos frais. Et on sera obligé de refuser les clients qui ont droit à l'aide juridictionnelle ".