Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Blessés par balles à Brest : une guerre entre bandes avec des risques de répliques

A Brest, les habitants de Kerourien, quartier de 1500 habitants où l'on déplore cinq blessés par balles en quelques semaines, craignent de nouvelles répliques d'une guerre des bandes. On en sait un peu plus, alors qu'une compagnie de CRS est arrivée mercredi soir pour sécuriser le quartier.

Un impact de balle dans la porte d'un immeuble dimanche soir
Un impact de balle dans la porte d'un immeuble dimanche soir © Radio France - Valérie Le Nigen

Brest, France

Dans le quartier de Kerourien, quartier brestois de 600 logements HLM, les familles craignent de nouvelles fusillades dans la guerre entre deux bandes rivales. Le niveau de violence est monté d'un cran dimanche dernier, avec l'utilisation d'arme de poing de 9 millimètres. Le ou les tireurs ciblaient les thoraxs des deux victimes, avec l'intention évidente de tuer. Hier en fin de journée, la Police nationale a inspecté les cages d'escalier et les caves, avec l'aide de chiens. Une compagnie de CRS est arrivée à Brest pour sécuriser les quartiers et notamment Kerourien, où certains habitants craignent une nouvelle réplique.

On en sait un peu plus sur cette guerre entre bandes

Les rivalités entre bandes originaires de la rive droite et de la rive gauche de Brest durent depuis des décennies. Cette fois, selon une source proche de l’enquête, l'origine de cette nouvelle guerre et de l'escalade de la violence serait une voiture brûlée, appartenant à un leader d'un clan de Kerourien. Certains de Kerourien se seraient alors vengés en cassant la figure à des jeunes du quartier de Pontanezen. Le 28 août, la "bande de Pontanezen", qui s'est élargie à des Quimpérois venus en renfort, serait descendue à Kerourien avec cinq voitures et cinq jeunes à bord de chaque véhicule. Dont un 4x4 Porsche Cayenne. Deux jeunes sont blessés aux jambes. L'un d'eux est membre d'une famille de Pontanezen, très défavorablement connue des services de Police. Et qui n'a pas l'intention de se laisser faire.

L'expédition punitive au lycée Dupuy-De-Lôme, liée à ces fusillades

Toujours selon une source proche de l’enquête, l'expédition punitive au lycée Dupuy-De-Lôme serait liée à cette guerre de bandes. Une équipe de Kerourien aurait visé la semaine passée, un élève de nationalité albanaise, habitant Pontanezen. Un coup de feu a été tiré en l'air. Puis, dimanche dernier, cette nouvelle fusillade à Kerourien

Une rumeur persistante dans le quartier

Dans le quartier de Kerourien, il se murmure que les jeunes blessés dimanche dernier n'étaient pas les bonnes cibles. Et qu'il y a donc des risques de poursuite des représailles. Quel que soit le bien fondé ou non de cette rumeur, les habitants ont du mal à se détendre. L'arrivée d'une compagnie de CRS hier soir et la fréquence du passage de la Police nationale est donc particulièrement appréciée par une majorité d'habitants. 

Choix de la station

France Bleu