Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les bracelets anti-rapprochement déployés au tribunal de Niort

-
Par , France Bleu Poitou

Les bracelets anti-rapprochement font leur arrivée dans les Deux-Sèvres. Le dispositif vise à lutter contre les violences conjugales. Il est déployé dans un contexte de hausse de ce type d'actes : + 34 % d'interventions en zone gendarmerie dans le département l'année passée.

Façade du palais de justice de Niort (Deux-Sèvres)
Façade du palais de justice de Niort (Deux-Sèvres) © Radio France - Noémie Guillotin

Alors même que la France vient d'enregistrer son 43e féminicide de l'année à Hayange, en Moselle, un nouveau dispositif pour lutter contre les violences conjugales fait son arrivée dans le Deux-Sèvres. Après Poitiers, c'est le tribunal de Niort qui déploie les bracelets anti-rapprochement. Et cela, alors que les interventions pour violences conjugales sont en hausse dans le département : on compte 34 % d'interventions en plus pour ce type de fait en zone gendarmerie, et 14% de plus en zone police l'année dernière. Le procureur de la République à Niort, Julien Wattebled, était l'invité de France Bleu Poitou ce vendredi, pour détailler ce dispositif.

Trois bracelets dans les Deux-Sèvres

Pour démarrer, trois bracelets anti-rapprochement seront disponibles au tribunal de Niort. Un chiffre qui peut paraître faible, mais en réalité le tribunal pourra demander d'autres bracelets, disponibles "en moins de 24 heures (...) le nombre de bracelets n'est pas du tout un obstacle" assure le procureur de Niort. 

Ces bracelets déclenchent un système d'alerte dès que l'auteur de violences conjugales se rapproche de la victime dans un périmètre donné. L'auteur peut être géolocalisé à tout moment; la victime aussi. "On est vraiment sur l'outil le plus abouti en termes de protection des victimes. C'est très intrusif, à la fois pour l'auteur et la victime puisque les deux peuvent être géolocalisés à tout moment. Il faut donc que la victime en fasse la demande" explique Julien Wattebled. L'agresseur peut refuser le dispositif mais dans ce cas, il va en prison.

Une efficacité limitée ?

Les bracelets anti-rapprochement seront attribués dans les Deux-Sèvres en fonction de la dangerosité de l'auteur. Un critère parfois difficile à définir reconnaît Julien Wattebled : "On va essayer d'apprécier le risque de passage à l'acte, à travers des propos, des comportements, et à travers les antécédents aussi".

On n'est pas infaillibles

"On n'est pas infaillibles, il faut très clairement le dire. On est sur de la matière humaine, des réactions humaines, qui ne sont pas toujours prévisibles. Le ministère de la Justice a lancé des évaluations sur tous les féminicides qui sont malheureusement intervenus depuis plusieurs années, pour essayer de voir s'il y a des signaux particuliers qui se répètent. On aura bientôt les résultats de cette étude" conclut le procureur de la République à Niort.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess