Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports DOSSIER : JO 2016 : Les Bretons à Rio

Les Bretons aux JO de Rio. 2/10 : Laetitia Payet veut briller au Brésil

mardi 26 juillet 2016 à 6:00 Par Nina Valette, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Suite de notre série sur les bretons qualifiés pour les Jeux Olympiques de Rio, avec la judoka, Laëtitia Payet, originaire d'Hennebont dans le Morbihan. 1 mètre 50 pour 48kg et une vraie envie de médaille !

La Morbihannaise Laëtitia Payet, tout sourire
La Morbihannaise Laëtitia Payet, tout sourire © Maxppp - Alain DELPEY

Bretagne, France

C'est dans le Morbihan que Laëtitia Payet vient se ressourcer. A 30 ans et malgré un palmarès important, elle reste attachée à ses racines :  "Je suis venue il y a quelques jours en Bretagne pour laisser ma petite fille à ma famille avant de partir à Montpellier pour m’entraîner" .

Je voulais faire un sport artistique

Le judo n'est pas venu immédiatement dans la vie de Laëtitia Payet. D'abord attirée par la danse puis le patinage artistique,  c'est plus tard que le judo est entré dans la vie de cette jeune femme. A l'age de 13 ans. Très vite la compétition démarre puis les entrainements avec le Pôle France. Une vraie révélation.

Beaucoup de sacrifices

Laëtitia Payet - Maxppp
Laëtitia Payet © Maxppp - TOLGA BOZOGLU/EFE/Newscom/

Cinq médailles olympiques, trois de championnes de France,  Laëtitia Payet désire maintenant décrocher une médaille olympique. "Par rapport aux JO de Londres en 2012, je suis prête et surtout sereine. Une médaille olympique c'est mon objectif pour cette année. Depuis des mois, je jongle entre mon métier dans une agence immobilière, ma petite fille, ma vie de famille et le judo. J'ai pris 20 kilo avec la naissance de ma fille Bella."   Une petite fille qui a maintenant 2 ans et qui a donné du fil à retordre à sa maman. Des séances d’entraînements intensives, un calendrier draconien. La judoka avait un seul objectif, celui de retrouver un corps tonique, avec des sensations et surtout des déplacements plus vifs.  "Avec le recul, je suis fière, mon corps avait beaucoup changé.  Ça a mis un peu de temps mais je suis bien maintenant."

Et après le Judo ? 

Pour beaucoup de sportif, l'après carrière reste toujours angoissant. Des retraites souvent prisent vers 30/35 ans. Laëtitia Payet, elle, concilie déjà vie sportive et vie professionnelle. Conseillère immobilière depuis déjà plusieurs mois, elle peine parfois à dégager du temps pour préparer ces compétitions. "Ce n'est pas simple pour tous les sportifs. Nous sommes loin de gagner les même sommes que certains footballeurs. Tous les jours, on s’entraîne puis on travaille. Le plus difficile c'est donc de mener les deux projets, les études ou le travail et le sport... Mais je ne vais pas me plaindre. La Fédération Française de Judo est loin d'être la plus mal lotie".

Mais Laëtitia Payet reste confiante. Sa principale adversaire ? Elle même.  " Je dois me faire confiance. Dans ma catégorie il est possible de faire quelque chose de bien"

A SUIVRE : LE PORTRAIT DE LEA JAMELOT - KAYAK - FINISTERE