Faits divers – Justice

Les buralistes prêts à la mise en route du paquet neutre

Par Maureen Suignard, France Bleu Loire Océan et France Bleu vendredi 30 décembre 2016 à 6:00

Derrière les buralistes, des paquets tous identiques.
Derrière les buralistes, des paquets tous identiques. © Maxppp - Claude Prigent

Les buralistes ne disposent plus que de quelques heures pour écouler les anciens paquets de cigarettes. A compter du 1er janvier 2017, ils seront obligés de vendre des paquets neutres, c'est à dire tous identiques, vert foncé et sans marque.

Ils étaient rouges, bleus, jaunes, affichaient leurs marques en gros pour attirer les clients ... c'est bientôt terminé ! Le 1er janvier 2017, il n'y aura plus que des paquets neutres dans les bureaux de tabac... c'est à dire d'une teinte vert foncé, sans marque et avec une photo de dents toutes noires, ou de poumons goudronnés.

Les buralistes ont pu se préparer à ce grand changement depuis plus d'un mois. Depuis le 22 novembre dernier, les fournisseurs n'ont plus le droit de livrer les anciens modèles de paquets. Les buralistes ont eux l'autorisation d'écouler leur stock et de vendre les produits non neutres jusqu'au 31 décembre.

Pas de panique chez les buralistes

Dans le bureau de tabac de Loïc à Nantes, les linéaires sont quasiment tout vert. Il a pu écouler une bonne partie de son stock. Mais ce n'est pas pour autant qu'il apprécie son nouveau décor.

Ce n'est pas très agréable à regarder. Ni pour les consommateurs ni pour nous." Loïc, buraliste à Nantes depuis 20 ans.

Les buralistes ont dû s'adapter à ce changement. Pas toujours facile de s'y retrouver, au milieu de ces paquets non différenciés, surtout au moment des livraisons.

Pour m'y retrouver, je n'ai pas changé l'emplacement des marques dans mon linéaire. Chaque paquet à sa place, et pour le moment je ne me suis pas trompé." Loïc, buraliste.

Difficile de prévoir la réaction des clients face à ces nouveaux paquets. Les plus sensibles décident de cacher ces nouveaux habillages. "Un effet de mode qui ne dure pas, les clients s'habituent", souligne Loïc.

En tout cas, les buralistes n'auront pas de paquets sur les bras, même si ils ne les écoulent pas tous. Les fournisseurs se sont engagés à reprendre toute la marchandise invendue. Ils seront remboursés dans quelques mois.