Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Les causes de l’effondrement des immeubles à Marseille ne sont toujours pas établies

mercredi 7 novembre 2018 à 21:39 Par Mathilde Vinceneux, France Bleu Provence et France Bleu

Le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux, s'est exprimé ce mercredi 7 novembre après l'effondrement des immeubles rue d'Aubagne à Marseille. Selon lui, il est difficile pour l'instant "d'imputer des responsabilités pénales".

Pour l'instant, on ignore encore les causes des effondrements
Pour l'instant, on ignore encore les causes des effondrements © Radio France - Bataillon des marins-pompiers de Marseille

Marseille, France

"A ce stade", les causes précises de l'effondrement de plusieurs immeubles dans le centre-ville de Marseille lundi "ne sont pas établies", a annoncé mercredi au cours d'une conférence de presse le procureur de Marseille Xavier Tarabeux. "En l'état, il est prématuré d'imputer des responsabilités pénales" compte tenu "de la complexité de la situation", a ajouté le procureur. "On ignore lequel des deux immeubles a entraîné l'effondrement", a-t-il poursuivi, rappelant que les constructions de la rue d'Aubagne dataient de la fin du XVIIIe siècle et que les immeubles avaient été construits en "s'appuyant les uns contre les autres".

"Les enquêteurs ont pu recueillir des témoignages selon lesquels l'immeuble situé au numéro 65 avait bougé avant son éboulement", a indiqué M. Tarabeux. Le magistrat a aussi rapporté qu'une locataire avait appelé les "pompiers dans la nuit pour signaler l'augmentation d'une fissure qu'elle avait observé dans son appartement" avant de finalement les rappeler pour leur dire "qu'il n'était pas nécessaire qu'ils interviennent".  "Le 65 était un immeuble qui présentait des désordres importants mais on n'est pas au titre de ce qu'on peut appeler des marchands de sommeil", a-t-il souligné.  

L'effondrement des immeubles du 63 et 65 rue d'Aubagne lundi matin dans un quartier populaire du centre-ville de Marseille a fait au moins six morts, quatre hommes et deux femmes. Trois d'entre eux, "des locataires du numéro 65", ont pu être "identifiés", a précisé mercredi le procureur. Un troisième immeuble, au 67 de la rue, s'est ensuite partiellement effondré à son tour.  "Les recherches se poursuivent pour retrouver d'autres victimes", a-t-il ajouté: "Cinq locataires de l'immeuble étaient selon nous présents au moment du drame, il est possible également que d'autres personnes aient été dans cet immeuble", a-t-il ajouté.