Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Bouille

Les chiffres vertigineux du procès de "l'affaire Bouille"

Par François David, France Bleu Roussillon mercredi 11 février 2015 à 11:37

Jacques Bouille, par qui le scandale est arrivé, s'est suicidé en prison en 2009.
Jacques Bouille, par qui le scandale est arrivé, s'est suicidé en prison en 2009. © MaxPPP

Des dépenses faramineuses en œuvres d’art, des frais de bouche délirants, des notes de taxi démentielles : le tribunal de Perpignan qui juge "l’affaire Bouille" est entré cette semaine dans le vif du sujet.

15 personnes sont jugées depuis le jeudi 5 févier devant le tribunal correctionnel de Perpignan, des élus, des fonctionnaires et des chefs d’entreprises soupçonnés d’avoir participé à un vaste système de corruption et de pots-de-vin dans les années 2000 à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales)

7 millions d'euros : c’est la somme déboursée par la ville de Saint-Cyprien pour acheter des œuvres d’art entre 2003 et 2008. Cela représente 20% du budget annuel de la commune en 2007 et 2008

4 400 euros :  c’est la dette par habitant (2007) à Saint-Cyprien, sept fois plus que dans les communes comparables en raison de ces achats. Pourtant la majorité des œuvres n'a pas été trouvée dans les musées, mais au domicile, au bureau du maire, ou même dans le poulailler de sa mère

28 000 euros de taxi. C’est la somme dépensée par la commune en l’espace de 2 ans pour transporter les œuvres d’art achetée par le maire Jacques Bouille. Lui-même n’hésitait pas à faire appel à une société de limousine lors de ses déplacements.

200 000 euros déposés en liquide sur son compte du maire  : c’est ce mouvement suspect qui a déclenché un signalement de l'organisme anti-blanchiment Tracfin.

156 000 euros : c’est la somme dépensée par un artisan-électricien de la commune Eric Hernandez pour acheter 8 tableaux, retrouvés chez le maire. L’agent immobilier Christiane Paturel a dépensé, elle, 50 000 euros en chèque pour deux tableaux. Des pots de vins ? Tous deux font partie des prévenus.

A lire aussi  : notre dossier sur le procès de "l'affaire Bouille"