Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les cinq militants de Génération Identitaire relaxés en appel pour l'occupation de la mosquée de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

La cour d'appel de Poitiers a relaxé les cinq militants d'extrême-droite. Relaxe totale que ce soit sur les faits d'incitation à la haine raciale ou de dégradations. La prescription a été retenue. Une défaite cinglante pour la communauté musulmane de Poitiers.

Occupation du toit de la mosquée de Poitiers en chantier en 2012 par des militants de Génération Identitaire.
Occupation du toit de la mosquée de Poitiers en chantier en 2012 par des militants de Génération Identitaire. © Maxppp - Sylvaine Husseguy

Les cinq militants de Génération Identitaire poursuivis pour l'envahissement de la mosquée de Poitiers en 2012 ont été relaxés ce vendredi des faits d'incitation à la haine raciale et de dégradations commises sur les lieux par la cour d'appel de Poitiers.

En décembre 2017, en première instance, les cinq prévenus avaient été condamnés à un an de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende. Condamnation annulée donc. Un camouflet pour la communauté musulmane de Poitiers et son imam Boubaker El-Hadj Amor.

Pas de condamnation à cause d'un problème... de procédure

En mai dernier, lors de l'audience, l'avocat des parties civiles, Maître Gérald Froidefond, redoutait cette issue en raison d'une erreur de procédure de la part du parquet. "Selon la loi sur la presse datant de 1881, le délit de provocation à la haine raciale est soumis à un délai de prescription d'un an. Pour éviter ce genre de situation, le parquet, s'il est à l'origine de l'action publique, doit relancer régulièrement le dossier. Ce qui n'a pas été fait".

"C'est une victoire et un soulagement. Nous avons été victimes d'un harcèlement de la part de la justice avec un contrôle judiciaire strict digne des plus grands voyous" a réagi Damien Rieu, ancien porte-parole du groupuscule, qui faisait partie des militants poursuivis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess